Nos maîtres, les Suisses…

Charlie Hebdo – 19 février 2014 – Charb
La majorité de la presse française ne considère pas les suisses de l’UDC (Union Démocratique du Centre) comme des extrémistes de droite. Vue de chez nous, l’UDC est un parti appartenant à « la droite populiste ».
1311416_7_a637_affiche-du-parti-suisse-udc-contre-les-minaretL’UDC, c’est le parti qui a publié des affiches réclamant l’interdiction de la présence de minarets sur le sol suisse. On pouvait y voir un drapeau suisse planté de minarets terriblement noirs et affreusement pointus. Au premier plan la masse sombre d’une femme intégralement voilée jetait un regard inquiétant au passant qui passe. Çà, c’est la manière de communiquer d’un parti populiste. Le Front national, qui a repris la même idée, est, lui, qualifié d’extrême droite dans la presse française.
On dirait qu’il est impossible d’imaginer que la Suisse, ce pays si calme, si policé, si propre, si riche, si vert l’été, si blanc l’hiver, puisse être peuplé de gros lourds d’extrême droite. On l’aime, la Suisse ! Notre inconscient se refuse à associer la violence des idées de l’extrême droite à un pays réputé neutre. 
50,3% des Suisses ont voté en faveur du projet du parti de « la droite populiste », qui réclame la « fin de l’immigration de masse ». L’Union européenne est abasourdie, la France est sur le cul. l’UE avait passé avec la Suisse des accords qui garantissaient la libre circulation des personnes. Mais est-ce bien la remise en cause des traités passés avec l’UE qui nous traumatise tant ? Est-ce la montée de la xénophobie suisse qui nous fait peur ? Non. Dans une Europe où presque tous les partis d’extrême droite enregistrent des scores records, ce ne sont pas les succès de la « droite populiste » suisse qui défrisent qui que ce soit. On les comprend les fachos suisses, car on a les mêmes à la maison !
untitled
Ce qui nous fait pleurnicher, nous, Français, nous, travailleurs frontaliers, nous, petits Blancs, c’est que les Suisses nous considèrent comme nous considérons chez nous les arabes. Nous sommes la main-d’œuvre étrangère qui vient torcher le cul de la bourgeoisie suisse. Nous sommes les larbins de ce peuple de banquiers à grosses bagnoles. Tout ça, on le savait déjà, mais les Suisses ne l’avaient jamais vraiment formulé. On pouvait faire semblant d’être leurs égaux.On ne venait pas se faire exploiter en Suisse, on venait filer un coup de main à des voisins. Et puis patatras ! Ce » beau mensonge depuis la votation anti-immigration, on ne peut plus se le raconter. Nous ne sommes pas inquiets de la montée du racisme en Suisse, nous sommes vexés d’en être une de ses cibles.
d7d4d01c-d11f-11e2-889e-12c43fd0505d_web_jpg_h380_jpg_568
J’espère que parmi les Français qui ne pourront plus aller travailler en Suisse il y a des électeurs du Front national. J’espère que parmi es refoulés de l’Eldorado suisse, il y a des partisans de la droite bleu marine. L’extêrme droite humiliée par la droite populiste, c’est trop beau !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.