Ukraine – Chaos à Kiev : l’Europe tente de négocier

La violence s’est déchaînée hier dans la capitale ukrainienne, où au moins 100 personnes sont mortes, selon le chef du service médical de Maïdan, le docteur Oleg Moussiï.
Les efforts des ministres français, polonais et allemand des affaires étrangères pour arracher un compromis se sont poursuivis jusqu’au petit matin en Ukraine et reprendront dans la journée. De son côté, Washington a menacé de prendre des sanctions contre « les gouvernants responsables des violences ». « Le pire scénario que l’on craignait, c’est-à-dire le scénario d’une guerre civile, est malheureusement très réel », a déploré le premier ministre polonais, Donald Tusk. « Il a été convenu avec [Viktor] Ianoukovitch [le président ukrainien] qu’il est prêt à tenir des élections présidentielle et parlementaires, prêt à créer un gouvernement d’unité nationale dans les dix prochains jours et à changer la Constitution d’ici à l’été », a-t-il précisé avant d’ajouter : « Nos expériences nous disent que les engagements entrepris par l’administration ukrainienne sont rarement tenus. »
Depuis Bruxelles, les ministres des affaires étrangères européens ont adopté le principe de sanctions contre certains responsables ukrainiens. Des discussions se sont également tenues entre la chancelière allemande, Angela Merkel, le président américain, Barack Obama, et le président russe, Vladimir Poutine. Tous trois sont « d’accord pour dire qu’il [faut] trouver une solution politique à la crise en Ukraine le plus rapidement possible et que le bain de sang [doit] cesser », selon le gouvernement allemand.
Moscou reste pour le moment sur une position très ferme, le chef du gouvernement, Dmitri Medvedev, ayant expliqué que son pays ne coopérerait qu’avec un pouvoir sur lequel on ne « s’essuie pas les pieds ». « La mise à l’écart immédiat de Ianoukovitch et les poursuites contre lui pour meurtres massifs de civils doivent être la seule exigence du peuple, de l’opposition et de la communauté internationale », a pour sa part déclaré l’opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, dans un communiqué sur le site de son parti.
Le Monde 21/02/2014
Dessin de Simanca, Brésil

aukraine1203-SIMANCA

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.