Ras le bol du ping-pong sioniste, antisioniste!

Charlie Hebdo le site – 19 février 2014 – Charb
Sionisme et antisionisme, par CharbUn sioniste, c’est quelqu’un qui soutient la politique de l’État d’Israël ! Non, un sioniste, c’est quelqu’un qui soutient la politique du gouvernement israélien, nuance ! Pas du tout, un sioniste est quelqu’un qui se bat pour le Grand Israël de la Méditerranée au Jourdain ! Ah, c’est faux ! Un sioniste, c’est quelqu’un qui veut que les Juifs dominent le monde! C’est bien plus simple, sioniste est le synonyme de Juif ! Non, de juif (avec une minuscule à juif) ! Ignorants que vous êtes, un sioniste est un raciste anti-arabe qui veut chasser tous les Palestiniens de leur terre pour prendre leur place ! Non, un sioniste… Ta gueule !
J’ai arrêté d’employer le mot « sioniste» et «antisioniste» depuis un bon moment. Non pas parce qu’en critiquant le « sionisme » je craignais d’être accusé par quelques extrémistes d’être un antisémite, mais parce que j’ai compris que chacun de mes interlocuteurs avait une définition bien à lui du terme « sioniste ». De trop rares fois, sa définition à lui coïncidait avec la mienne. C’est très dur de débattre d’un sujet avec quelqu’un qui n’a pas le même dictionnaire que vous. Je continue donc de débattre d’Israël et de la Palestine sans employer « sioniste ». Essayez, je vous jure que c’est très possible et beaucoup plus pratique si l’on veut mener à son terme une conversation avant 5 heures du mat’.
C’est très difficile en ce moment d’ignorer les mots « sioniste » et « antisioniste », tellement l’affaire Dieudonné en consomme des kilos… Je vous en prie, avant de nous empailler avec notre voisin, notre cousin, notre copain, notre collègue à propos du sujet qui divise la France et bientôt le moooooonde, jetons un œil dans le dictionnaire. Celui qui traîne à Charlie, un Nouveau Petit Robert, plus très nouveau parce qu’il date de 2009, dit « sionisme : n. m. 1886, de Sion, montagne de Jérusalem. Mouvement politique visant à l’établissement puis à la consolidation d’un État juif (la Nouvelle Sion) en Palestine ». Sinon, on a aussi un superbe dictionnaire Larousse qui fait partie des rescapés de l’attentat de 2011. Le Petit Larousse, daté, lui, de 2008, nous dit donc que le sionisme est un « mouvement dont l’objet fut la constitution, en Palestine, d’un État juif ». On en conclut quoi? Que l’anti-sionisme est un mouvement ou un courant de pensée opposé à la constitution d’un État juif en Palestine. L’antisioniste est donc contre l’existence d’Israël, ou bien contre l’existence de l’État d’Israël en tant qu’il est un État juif.
Vous connaissez le jeu du ni oui, ni non, ni sioniste ?
Je veux bien que le fait de réclamer la disparition pure et simple de l’État d’Israël ne fasse pas forcément de vous un antisémite, mais tout de même… On imagine mal comment un tel événement, s’il devait avoir lieu, ne viserait pas spécifiquement les Juifs et que les Juifs… Et comment raye-t-on administrativement un État de la carte? Ou bien s’agit-il de chasser de force tous les Juifs d’Israël? Ahmadinejad, qui souhaite clairement la destruction d’Israël, ne serait qu’un antisioniste? Allons… On peut réclamer qu’Israël ne soit plus un État juif, mais un État binational, qui intègre les Palestiniens. On peut réclamer qu’Israël change de nom et que cet État reste tout de même un refuge pour les Juifs menacés dans le monde. Bref, il y a tellement de façons d’être antisioniste que je préfère faire l’économie de ce genre d’adjectif. Quant aux sionistes, il y en a autant de sortes qu’il y a d’antisionistes. Passer son temps à négocier le sens d’un mot devient presque aussi ridicule que de passer son temps à faire croire qu’il y a des négociations de paix en cours entre Israéliens et Palestiniens.
S’il s’agit de condamner certains aspects de la politique des gouvernements israéliens, on peut parler de colonialisme, de non-respect du droit international, de vol de territoires, d’épuration ethnique, de non-respect de la dignité humaine, d’effacement de la mémoire, d’humiliation, de racisme, de foutage de gueule, de discrimination, de saccage, etc. Les mots ne manquent pas pour décrire précisément l’ignominie de la politique de Netanyahou sans se barbouiller de sionisme et d’antisionisme.
Charb –  Article paru dans Charlie Hebdo n°1126 du 15 janvier 2014dieudo_versus_les_soldes

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.