Bilan globalement ridicule pour la Hadopi, qui s’apprête à disparaître…

Le Monde des médias – Journal bimestriel – Janvier/février 2014 – Aurélie Bordet
L’échec cuisant d’une machine administrative imbécile
Tout ça pour ça ! Depuis le grotesque rapport présenté par Denis Olivennes il y a déjà six ans, que s’est-il passé ? La Hadopi (Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet) a été créée, a vaguement tenté de réprimer quelques internautes… et s’apprête à céder ses minuscules pouvoirs au CSA. Que de temps perdu ! 
Il s’est passé beaucoup plus de choses dans la carrière de Denis Olivennes, le « papa » de cette autorité répressive, passé de la présidence de la Fnac à la tête du groupe Nouvel Observateur (où il a tenté de prendre le contrôle du Monde, pour Claude Perdriel…) puis à la direction du pôle médias du groupe Lagardère.
lacombe-dessin-hadopiLibé le constatait, le 11 décembre 2013, « Il aura fallu trois ans pour que la Haute Autorité  fasse passer la ‘diffusion des œuvres’ avant la ‘protection des droits’ dans l’ordre de ses priorités, respectant enfin la hiérarchie de ses missions telle qu’elle est inscrite dans la loi et dans son sigle (Hadopi) : d’abord encourager l’offre légale de culture en ligne, et ensuite, taper sur les doigts gras des vilains pirates. La mise en place de l’usine à éduquer les internautes à coup de mails d’avertissement avait paru très urgente en 2010, à l’époque de la laborieuse éclosion d’Hadopi, sous la pression politique et celle des ayants droit pleurnichant sur leu manque à gagner. Mais aujourd’hui que la machine répressive carbure tranquillement à 90 000 missives mensuelles, surtout que l’Hadopi risque de se voir avaler toute crue par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), il devient brusquement plus intéressant de faire valoir le bon côté de la Force… »
« Après le cuisant échec du label PUR (pour ‘promotion des usages responsables’), la Hadopi tente de sauver sa peau avec un nouveau projet d’ores et déjà baptisé ‘LOL’, annonceRue89, le 13 décembre. Il s’agit d’une plate-forme portail, le ‘Label Offre Légale’, référençant  des sites offrant des contenus culturels, en téléchargement ou en streaming, musique, livres ou films. » C’est mignon mais ça ne sert strictement à rien. Tant que les »offres égales » demeureront d’une risible médiocrité, il ne se passera rien et le téléchargement « illégal » continuera.
On peut l’écrire dans prendre de risques : d’ici quelques années, l’américain Netflix contrôlera l’essentiel du marché « légal ». Le plus grand des perdants, dans cette opération, sera le groupe Canal+, largué depuis plus de 10 ans. Un groupe jadis dirigé par un certain… Denis Olivennes. La boucle est bouclée.
article_olivennes

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.