A Azay-sur-Cher (I-&-L), Ghislaine Pellier est accueillante familiale pour seniors.

La nouvelle République 26/02/2014

Profession : accueillante familiale pour personnes âgées

A Azay-sur-Cher, Ghislaine Pellier accueille en pension des personnes âgées. Un métier passion qu’elle exerce depuis 1998. Rencontre.

FAMILLE ACCUEIL PERSO AGEES

 Les pensionnaires de Ghislaine Pellier ont choisi cet hébergement, une alternative à la maison de retraite traditionnelle. – (Photo NR, Cécile Lascève)
Le feu crépite dans l’âtre. De la cuisine s’échappe une bonne odeur de soupe. Dans le salon, Paulette, 95 ans, somnole, Simone, 90 ans, laisse filer le temps. Claudette, la benjamine, 84 ans, tricote une hypothétique écharpe. Travaillant un ouvrage de broderie au point compté, Ghislaine surveille du coin de l’œil les trois vieilles dames.
A 58 ans, Ghislaine Pellier est, depuis seize ans, accueillante familiale pour seniors. « La majorité du temps, j’ai toujours accueilli des personnes de plus de 80 ans. Elles viennent ici par choix personnel ou sont placées par leur famille », détaille Ghislaine.
Devenir famille d’accueil, le métier s’est imposé à cette pétillante quinquagénaire comme une évidence. Ancienne ouvrière chez Gault et Fremond, elle a 35 ans lorsqu’avec son mari, Claude, à Véretz, où le couple vivait alors, elle héberge sa belle-maman, « Mémère Claire ».
C’est un déclic ; en 1998, Ghislaine saute le pas. La famille s’installe dans une grande maison de 400 m2 à Azay-sur-Cher. Les trois enfants de la famille ont quitté le nid familial.
« Après la disparition de Mémé Claire qui a vécu jusque presque 100 ans, j’ai décidé de devenir accueillante familiale », raconte Ghislaine. Jusqu’à aujourd’hui, quinze pensionnaires ont coulé une paisible fin de vie dans la grande maison de la Rigaudière, entourés de la bienveillance et du professionnalisme de Ghislaine et Claude.
Un lien privilégié avec les familles
« C’est un métier contraignant, mais riche en échanges. Si mon mari n’avait pas été partie prenante de cette aventure, je n’aurais pas pu exercer ce métier », confie Ghislaine. Claude acquiesce : « J’ai toujours été le roi du chariot. »
C’est en effet Claude, qui depuis toutes ces années, se charge des courses de la semaine. A deux c’est mieux, car à part un week-end par mois, les Pellier sont présents, jour et nuit, auprès de leurs trois résidentes. La nuit, le rez-de-chaussée est relié à l’étage où dort le couple par un système d’écoute de type baby phone. La présence ne suffit pas, il faut aussi une organisation sans faille comme l’explique l’accueillante familiale : « Il faut être très organisée. Je me lève deux fois par semaine à 5 h du matin pour le repassage, car on ne sait jamais comment va se dérouler la journée. »
Il est 16 h, le temps s’écoule à La Rigaudière, Ghislaine prépare un petit goûter pour ses trois mamies. Avec des larmes qui perlent dans les yeux, Ghislaine insiste sur la complicité avec les familles des résidents. Elle évoque alors en quelques mots Marcelle, une de ses anciennes pensionnaires décédée l’an passé après huit années de résidence. « Nous sommes restés amis avec sa famille, nous accompagnons les personnes jusqu’à leur fin de vie. C’est toujours très dur de les voir partir », conclut Ghislaine. Pour lui redonner le sourire, elle porte un regard généreux sur Claudette, qui souffle : « Je suis bien ici. Avant, je ne me faisais même plus à manger ».
Voir également notre vidéo sur http://www.lanr.fr/videos37
Patricia Lange
Indre-et-Loire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.