Chine : face au « smog », de la colère dans l’air

443970297e3cd023400f6a706700bfec

Depuis une semaine, le nord de la Chine suffoque, pris au piège d’une grave pollution atmosphérique.

Le « smog » – contraction des mots anglais smoke (fumée) et fog (brouillard) – est si dense que certains scientifiques chinois, inquiets de son impact sur la photosynthèse, le comparent à un « hiver nucléaire ». A Pékin, mardi et mercredi, la concentration de particules PM 2,5 (de 2,5 micromètres de diamètre, les plus dangereuses car susceptibles de pénétrer dans les poumons) dépassait les 500 microgrammes par mètre cube, quand l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un plafond maximal de… 25 microgrammes/m3.
Face à cette « airpocalypse », qui a entraîné une forte demande de masques respiratoires filtrants, les citoyens n’hésitent plus désormais à exprimer leur mécontentement, note le Globe and Mail.Leur cible ? La classe politique, accusée d’impéritie.
Fait inédit dans le pays, un habitant de Shijiazhuang, capitale de la province du Hebei, a entrepris de poursuivre les autorités, au motif que celles-ci ont échoué à faire baisser la pollution atmosphérique. L’homme réclame également une compensation financière au gouvernement (Radio Free Asia).
Alors que croît l’ire populaire, le Global Times décrit un autre phénomène : l’émigration liée au « smog ». Les plus fortunés, en effet, semblent de plus en plus désireux de partir vers des cieux plus cléments. Parallèlement, le « militantisme environnemental », naguère cantonné à une petite élite, fait désormais des émules dans toutes les couches de la société.
Conscient du fait que l’inertie joue contre lui, le pouvoir politique a résolu de se pencher sérieusement sur les questions environnementales, indique le China Daily. Mais dans un pays où l’industrie du charbon pèse très lourd et où l’usage de la voiture est privilégié, la tâche s’annonce pour le moins délicate…
Le Monde 28/02/2014amade_in_china_1906625

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.