Birmanie – les Rohingya abandonnés à leur sort : un cancer dans la société

Le Monde 03/03/2014
La stupeur, d’abord, puis l’indignation. Vendredi, en annonçant que Médecins sans frontières (MSF) devait « cesser toute activité » dans le pays jusqu’à nouvel ordre, le pouvoir birman avait suscité un vaste tollé.

ABIRMANIEmassacres-des-musulmans-de-birmanie

Beaucoup, comme le rapportent le Los Angeles Times et la BBC, y ont vu une conséquence des allégations de MSF, selon lesquelles un massacre de musulmans Rohingya aurait été perpétré en janvier à la frontière avec le Bangladesh – récit battu en brèche par Naypyidaw, dont la décision pourrait avoir tenu lieu de représailles.
Samedi, sous l’effet d’intenses pressions internationales, le gouvernement est (en partie) revenu à de meilleurs sentiments, autorisant l’ONG à reprendre son travail dans plusieurs zones du pays, à l’exception de l’Arakan.
Appelé Rakhine par les autorités, cet Etat de l’Ouest est, depuis 2012, le théâtre de violents heurts interconfessionnels entre bouddhistes et musulmans. Malgré l’apparent « rétropédalage » du pouvoir, des milliers de patients vont être privés de soins. A commencer par les Rohingya, ces apatrides rejetés par la Birmanie et qui, selon un rapport de l’organisation indépendante Fortify Rights, seraient victimes d’une « politique de discrimination » institutionnalisée.
Face à une « persécution » organisée au plus haut sommet de l’Etat, indique le Christian Science Monitor, les associations de défense des droits de l’homme appellent les pays voisins – la Thaïlande et la Malaisie, en particulier – à ne plus négliger le sort promis à cette population ostracisée et sans attache.
Le principal obstacle à une entente interreligieuse tient à la fièvre obsidionale dont souffre la majorité bouddhiste, convaincue que sa foi est menacée. D’où une « intolérance » qui prolifère, déplore un diplomate cité par The Independent. Avant de conclure : « C’est un cancer dans la société […] mais, à présent, il métastase de manière dangereuse. »

ABirmanieRohingyas

3268217_3_0ee9_dans-un-camp-de-sittwe-le-15-mai_24644afb58980292ae2cce1ace8c3898

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.