Les dessous de l’Académie française – Coupole et dépendances, enquête : Du rififi à l’académie : … une procédure en diffamation est lancé contre ce livre.

 l’Académie française : Une aventure intellectuelle qui n’était pas destinée à être une aventure d’argent …  » le monopoly du quai Conti « 
aaccadémie francaisebanner
Dans un livre choc sur l’Académie française, le journaliste Daniel Garcia enquête sur ses rites, son évolution et surtout son patrimoine pharaonique.  
Coupoles et dépendances. Enquête sur l’Académie française par Daniel Garcia, Editions  du Moment. 292 p. 19,95 euros

aacadémcoupoles

Un entretien dans Le nouvel Observateur du 20 au 26 février accessible uniquement sur la revue. Voici recopiés des extraits –

Les joyaux des Académies : ( voir chaque site en photo à la fin du texte )

Domaine de Chantilly (Oise)
Musée Jacquemart-André (Paris)
Abbaye royale de Chaalis (Oise
Musée Marmottant (Paris)
Musée Claude Monet à Giverny (Eure
Château de Langeais (I-et-L)
Hôtel Dosne-Thiers (Paris)
Maison de Louis Pasteur (Jura)
Manoir de Kerazan (Finistère
Villa Ephrussi de Rothschild (Alpes-Maritimes)
Villa grecque Kerylos (Alpes-Maritimes)
Maison de l’institut de France (Londres)
Château-observatoire d’Abadia (Pyr-Atla)
Bibliothèque de l’Institut (Paris)
Bibliothèque Mazarine (Paris)
Daniel Garcia s’est d’abord demandé « ce qu’il pouvait y avoir d’intéressant à dire sur cette vieille dame poussiéreuse », son plumeau de journaliste à la main. Il a trouvé. Son livre est une somme, une mine d’informations sur les étranges mœurs en vigueur au 23 quai Conti. Il raconte le tout avec de savoureux détails….
Mais Garcia ne se limite pas au folklore.
Il salue sa récente ouverture aux écrivains francophones. Il plaide pour l’intérêt du dictionnaire que les Immortels passent des décennies à rédiger à rédiger et que pas grand monde ne consulte.
Il montre même le rôle joué par Nicolas Sarkozy dans la très opaque « affaire de l’Auditorium, volet collatéral de l’affaire Woerth-Bettencourt » et la décortique en indiquant comment les coulisses du pouvoir communiquent avec celles de l’Institut de France, qui réunit l’Académie française et ses quatre sœurs ( Beaux-Arts, Sciences, Sciences morales et politique, Inscriptions et Belles Lettres).
Le plus stupéfiant, cependant, dans son enquête est un gros chapitre plein de chiffres, d’immeubles et de châteaux : il concerne « le monopoly du quai Conti », ce patrimoine de l’Institut dont il révèle l’incroyable richesse et la gestion byzantine. L’Institut, lui, a « déposé plainte pour diffamation » et « s’élève contre toutes les allégations de mauvaise gestion, voire de fraude » ; mais il n’a pas souhaité répondre à nos questions.
richelieu.jpgfondateurNouvel Obs – La fortune que vous détaillez est hallucinante. D’où vient-elle ? Richelieu n’avait pas vraiment prévu cà…
Daniel Garcia – Ni Richelieu ni les premiers académiciens, qui se sont réunis de manière informelle avant que le Cardinal n’officialise leur existence, n’avaient pensé que ça puisse être une affaire d’argent. Au début ils ne touchent aucune rétribution et n’ont même pas de local.
colbertC’est Colbert, une quarante d’années plus tard qui les loge au Louvre. Napoléon installe ensuite les Académies dans le palais Mazarin – leur adresse actuelle – et crée l’Institut de France qui les chapeaute. Au début du XIX è siècle on commence à leur faire des legs.  A partir de là le ver est dans le fruit … La Fondation de France est créée en 1969 à l’initiative d’André Malraux.
 …
Tous ces legs accumulés font que l’Académie  est à la tête d’un patrimoine assez important,  l’institut, lui, d’un patrimoine  absolument invraisemblable dont on n’imagine mal l’étendue
Quelle est sa valeur ?
Il se chiffre en milliards d’euros. Prenez par exemple le château de Chantilly, qui est inaliénable :  C’est le château mais aussi plus de 6 000 ha de forêt, 1 500 ha de terres agricoles, la deuxième collection de peintures après le Louvre pour les périodes du XIé au XIX è siècle, la deuxième collection de manuscrits enluminés après celle de la BNF …
chantillyp_com-berry-4c7ce4f80c24eLe seul manuscrit des « Très riches heures du Duc de Berry », mis en vente, s’envolerait immédiatement pour plusieurs millions d’euros.
Mais il n’y a pas que ces biens culturels inestimables. L’Académie stricto sensu est propriétaire se sept immeubles de rapport dans Paris, soit environ 90 appartements. Et il faut aussi compter des champs de blé, des forêts, des poulaillers …c’est un inventaire à la Prévert, le patrimoine des Académies.
Il y a aussi ce que vous appelez le « grisbi »
Oui comme dans les films d’Audiard. Chaque fois que l’Académie reçoit un legs en argent ça s’ajoute à son patrimoine. L’Institut va sans doute pousser les hauts cris, parce que ses chiffres officiels sont beaucoup moins importants, mais un banquier qui connaît bien la maison estime qu’il possède un milliard d’euros en titres ou sur des comptes en banque. Pas mal pour une aventure intellectuelle qui n’était pas destinée à être une aventure d’argent.
Comment cela est-il géré ?
L’amateurisme dans ce domaine est d’autant plus flagrant que la fortune est immense. On pourrait penser qu’un tel patrimoine est géré par un personnel compétent. Ce n’est pas le cas.
Il est dénoncé une grande opacité sinon une omerta …
Oui mes lecteurs vont découvrir l’étendu de ce patrimoine, mais les Académiciens aussi. Certains sont de purs intellectuels. … Ils ne se doutent pas de ce qu’il y a derrière. Surtout que l’Académie communique assez peu … Plusieurs aimeraient en savoir plus , mais « n’osent pas demander ». En revanche un petit nombre a compris comment ca marche, et sait aussi éventuellement en profiter
Comment cela est-il possible ?
… le problème c’est qu’il n’y a pas de garde-fou. L’Institut et les Académies bénéficient d’un statut totalement dérogatoire au droit français public : ce statut voté en 2006 affirme dans une formulation effrayante qu’ils sont « placés sous la protection du président de la République » et « s’administre librement ». Tout est dit. En gros, le 23 quai de Conti est une zone de non-droit. Ses occupants font ce qu’ils veulent avec seulement un contrôle a posteriori de la Cour des Comptes. Or depuis 30 ans la Cour des Comptes déplore l’opacité, le manque de collaboration de l’Institut et des académies.
MUSEE_JACQUEMART-ANDRE21Il y a eu une amélioration depuis le scandale de 1992 : une partie des œuvres du musée Jacquemart André avait disparu, des gens s’étaient servis et avaient revendu pour leur compte. Mais le rapport de 2009 déplore toujours des zones d’ombre. Une nouvelle enquête a commencé le 7 octobre 2013. J’espère que ceux qui la mènent vont se poser les mêmes questions que moi sur certains dossiers.
Par exemple : La vente du 42 avenue Gabriel est un dossier bien étrange. En 2005, l’Institut  reçoit un legs très important la succession del Duca : près de 100 millions d’euros en valeurs mobilières, bijoux, haras en Normandie, terres, forêts, immeubles dans Paris. L’un, situé avenue Gabriel, a pour locataire Pierre Cardin. L’actuel chancelier de l’institut Gabriel de Broglie, annonce à la Commission administrative centrale – « le Conseil d’administration » de l’Institut, que Pierre Cardin souhaite acquérir cet immeuble pour y faire d’importants travaux. Sur la bonne foi de ces paroles, le CAC donne son accord.
Or je  démontre que l’immeuble n’a en fait pas été vendu à Pierre Cardin, mais à un marchand de biens et que Gabriel de Broglie ne pouvait pas l’ignorer. Et que si l’immeuble  a bien été cédé 60 millions d’euros, l’acquéreur s’est retrouvé propriétaire pour ce prix, en plus de l’immeuble, d’un compte en banque sur lequel s’accumulaient, depuis plusieurs mois, les loyers.  En clair, avec cette vente l’Institut s’est délesté de 3,3 millions d’euros de liquidités.  Bizarrement le chancelier de Broglie  a « omis » d’informer le CAC de ce « détail ».
Justement l’Institut de France a décidé d’engager une procédure en diffamation contre votre livre. Quelle est votre réaction ?
Il n’est jamais agréable d’être traduit en justice pour avoir fait son travail de journaliste. Je précise que j’avais bien entendu contacté le chancelier de Broglie dès le début de mon enquête, mais qu’il a refusé de me recevoir. Je peux le prouver. Cela dit je réagis tout à fait sereinement. Outre que je maintiens bien sûr tout ce que j’énonce et dénonce, je me félicite de ce  que la plainte de l’Institut l’obligera à mettre sur la place publique ce qu’il a toujours si soigneusement caché. Car maintenant il va bien falloir qu’il s’explique sur tous les points que j’expose à une –fâcheuse- lumière. Je fais un pronostic : le grand déballage va commencer.
Coupoles et dépendances. Enquête sur l’Académie française
En complément, voici à ce sujet, un article de France Info du mois dernier
France Info  7février 2014
Les dessous de l’Académie française vus par Daniel Garcia
Des révélations sur des affaires et des pratiques qui concernent directement l’argent du contribuable.
Bien des ouvrages ont traité l’histoire de l’Académie française, mais aucun n’avait encore regardé sous les jupes de la Vieille Dame du quai Conti. L’aventure s’est révélée plus complexe, mais aussi plus fructueuse, que prévu. Daniel Garcia publie Coupole et dépendances, aux éditions du Moment, le 13 février 2014.

aacadémiciensreception-rufin

Daniel Garcia a ausculté l’institution sous toutes ses facettes : les « clans » qui s’y disputent le pouvoir, les mécanismes retors des élections de ses membres, la « fièvre verte » (l’ambition académique) du monde littéraire. L’auteur décrit avec précision certains rituels méconnus auxquels se livrent les Immortels et révèle le patrimoine de l’Académie. Car la Vieille Dame est riche ! Pas aussi riche, cependant, que l’Institut de France qui la coiffe. (cidessous)

institut-de-france

Cet ouvrage passionnera le lecteur par son érudition, sa vision de l’histoire de l’Académie qui fêtera bientôt ses quatre cents ans, des anecdotes savoureuses sur quelques sommités de la littérature et, de manière inattendue, par des révélations sur des affaires et des pratiques qui concernent directement l’argent du contribuable.
« J’ai voulu m’intéresser à l’Académie française sous l’angle purement journalistique, ce qui bizarrement n’avait jamais été fait, » explique Daniel Garcia. « Quand on parle de l’Académie c’est pour commenter l’élection des nouveaux membres. J’ai abordé cet aspect, mais j’ai voulu également m’intéresser à d’autres sujets. »
Le patrimoine de l’Académie française est très important, mais il est très compliqué d’obtenir des informations dessus. L’Institut de France, lui, ne communique pas. « C’est totalement l’omerta. Même si l’Institut a un statut très particulier, il s’agit quand même d’une personne morale de droit public et donc elle devrait communiquer sur son patrimoine, ce qu’elle ne fait pas. »
Coupole et dépendances, de Daniel Garcia, aux éditions du Moment.
Daniel Garcia journaliste collaborateur de « livres Hebdo » est notamment l’auteur d’une biographie de Jean-Louis Bory, d’une histoire du « masque et la plume » (avec Jérôme Garcin), et de « papa, il est où papa » ? une enquête sur l’homoparentalité parue en 2010.

Les joyaux des Académies

Domaine de Chantilly (Oise)

chantillychateau

chantilly galerie d'art images

chantilly bibliothèqueimages

Musée Jacquemart-André (Paris)

musée jacquemard andré

musee_jacquemart-andre_fsalon_de_peinturec_c__recoura2_1

Abbaye royale de Chaalis (Oise

abbaye royale de chaalis

abbaye chaalissalle_des_moines_diaporama

abbaye chaalis_2

Musée Marmottant (Paris)

musee-marmottan-mone-3zdjz9

Musee-Marmottan-Monet-2-630x405-C-Y-Forestier_block_media_big

Musée Claude Monet à Giverny (Eure

musée monetMUSE%2~1

musée monet giverny99aca14a-5a0f-11e0-b9e8-98eadfe4df18

Château de Langeais (I-et-L)

chateau-de-langeais-61

chateau-de-langeais-13

A Langeais reproduction du mariage d’Anne de Bretagne

langais reconstitut mariage anne bretagne

Hôtel Dosne-Thiers (Paris)

hotel dosne pierre paris fondation

hotel dosne pierre escalier

Maison de Louis Pasteur (Jura)

Maison_Louis_Pasteur_a_Arbois_CP_Didier_Lacroix_CDT_Jura-fb8c4

AA378427: Places

Manoir de Kerazan (Finistère

manoir de Kerazan finist

manoir KERAZAN1_lightbox

Villa Ephrussi de Rothschild (Alpes-Maritimes)

villa ephrussi

villa-ephrussi-de-rothschild

villa-ephrussi-de-rothschild.jpg musée

Villa grecque Kerylos (Alpes-Maritimes)

villa-grecque-kerylos

villa_grecque_kerylos_peristylecc__recoura

Maison de l’institut de France (Londres)

Londresinstitut Ambassade-de-France-Londres

Londres institut francemediatheque

Château-observatoire d’Abadia (Pyr-Atla)

chateau d'abadia-exter

chateau d'abadia vestibule

chateauabbadia018%20[800x600]

Bibliothèque de l’Institut (Paris)

Institut biblio

institut france paris

Bibliothèque Mazarine (Paris)

IMG_9412

bibliotheque_mazarine_paris_n1

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.