Protestations à Taïwan – La manif des Tournesols : des dizaines de milliers de Taïwanais ont défilé dans les rues de Taipei

Plus de 100 000 Taïwanais sont descendus hier dans les rues de Taipei pour protester contre un pacte commercial avec la Chine. Des étudiants occupent le Parlement depuis deux semaines.
Le Monde 31/03/2014

alemonde taiwain4391379_5_aa15_a-taipei-le-21-mars_5f9a208eb2bb81c7c6f2fe794862731d

A Taipei, la « révolution des tournesols » révèle le malaise des jeunes face à Pékin

LE MONDE | 28.03.2014 | Par Brice Pedroletti (Taipei, envoyé spécial)
Les tournesols, envoyés par un fleuriste, sont arrivés le premier jour, avec les vivres et les couvertures, sans que personne ne sache quoi en faire. Alors, un étudiant a planté l’une des grandes fleurs jaunes sur le pupitre du président de l’Assemblée nationale, au milieu de canettes de boissons énergisantes, à la façon des autels chinois aux divinités taoïstes.
Les photos diffusées sur Internet ont fait le reste : les jours suivants, des caisses entières de tournesols étaient livrées aux étudiants qui occupent le Parlement de Taipei et les rues adjacentes.
La presse y a vu le symbole de la lumière, contre tout ce qui se fait dans l’opacité. Comme les tractations avec la Chine continentale conduites par le gouvernement du président Ma Ying-jeou autour d’un accord d’ouverture mutuelle du secteur des services. Son parti, le Kouomintang (KMT), a tenté de le faire passer en force le 17 mars au Parlement, au lieu de débattre de chacune de ses clauses, comme le demandait depuis des mois l’opposition. Le lendemain soir, les étudiants venus exprimer leur colère s’infiltraient dans le Parlement.
« ZONES D’OMBRE »
Ainsi naissait la « révolution des tournesols » : dix jours après le début, et malgré l’occupation avortée du siège du gouvernement le 23 mars – la police antiémeute a délogé les manifestants –, les protestataires se disent prêts à installer leur mouvement dans la durée, et ont annoncé une manifestation monstre dimanche 30 mars devant le palais présidentiel. « Les accords commerciaux ne sont pas une mauvaise chose, il est évident que c’est important, nous sommes dans une économie globale et la Chine est incontournable. Mais il y a des zones d’ombre dans ce pacte sur des services », juge Hsiao Wen-chiu, 22 ans, qui fait partie de la centaine d’étudiants tenant l’hémicycle. Il faut, dit-elle, « un mécanisme législatif de surveillance des accords commerciaux qui puisse entrer en jeu avant leur mise en oeuvre, pendant et après »
L’adoption de cette loi, seule garante, selon eux, d’une supervision effective par le Parlement des relations avec la Chine, est devenue une condition sine qua non de l’arrêt de l’occupation du Parlement. Dans l’hémicycle, ils ont dressé un tableau avec les photos des députés afin de recueillir leur accord. Seuls les partis d’opposition, minoritaires, se sont ralliés au projet.
alemonde taiwain_dc14_autour-des-batiments-gouvernementaux-le-24_ae3aa9908e310b32e456b499d4b3945c
Le « Parlement étudiant » est une petite ruche où chacun a sa fonction. Passé le cordon de policiers courtois, on pénètre dans l’hémicycle après une vaporisation des mains au désinfectant et une vérification de la température corporelle. Des amas de chaises bloquent les huit autres portes. L’air conditionné a été installé. Des infirmières et des médecins offrent aspirine et vitamines.
Devant les pupitres, on débat, assis en cercle, tandis que des étudiants en journalisme tiennent la chronique du siège en direct sur Facebook. Les murs sont tapissés de caricatures du président Ma, héraut du rapprochement entre les deux Chine. Les relations entre Taïwan et la République populaire, sont contraintes par un statu quo fragile : ni indépendance ni réunification.
CULTURE AUTORITAIRE ET HÉGÉMONIQUE
Une délégation d’étudiants de Hongkong arrive de l’aéroport, brandissant une banderole rouge couverte de centaines de signatures : ils militent pour le projet d’occupation de Central, le quartier d’affaires de Hongkong, programmée cet été, afin de pousser Pékin à respecter sa promesse, sans cesse ajournée, d’élections au suffrage universel à Hongkong en 2017. « Vous n’êtes pas seuls ! », crient-ils aux étudiants taïwanais, qui applaudissent à tout rompre.
A Taipei, la Chine n’est pas la cible directe des étudiants en colère. Mais son ombre est partout présente. La « révolution des tournesols » est décrite par ses acteurs comme le résultat de frustrations accumulées, au gré de mobilisations sur des questions environnementales, comme la démolition de villages, ou après la mort d’un jeune appelé, mis aux arrêts. En cause, la résurgence, chez le KMT, d’une culture autoritaire et hégémonique que n’a pas totalement effacée la conversion de l’ex-parti unique à la démocratie au début des années 1990. Les Taïwanais ont élu Ma Ying-jeou à la présidence en 2008, après deux mandats du président « indépendantiste » Chen Shui-bian, et l’ont réélu en 2012.
alemonde taiwian5_2da7_dans-les-locaux-occupes-du-parlement-de_a7b7cb9f79c707c936ff10943e79a59f
M. Ma, lui, est le champion du rapprochement avec la Chine continentale. Or, à chaque fois qu’il entre en jeu, le « facteur chinois » vient exacerber le soupçon chez les étudiants d’un déni de démocratie, comme en 2012, lors d’une levée de boucliers contre la frénésie d’acquisitions dans les médias d’un géant taïwanais de l’agroalimentaire très dépendant du marché chinois et soupçonné de rouler pour Pékin.
« Les gens ont compris comment les aspects politiques et économiques pouvaient s’entremêler. Or, le pacte touche à des secteurs comme l’édition, la publicité. On a réalisé qu’il risquait d’avoir un impact plus profond encore », explique Chen Wei-ting, un leader étudiant, vêtu d’un tee-shirt jaune orné d’un poing serré. Les étudiants taïwanais, dit-il, ne sont pas « anti-Chine » : « Ce contre quoi on se bat, c’est l’ingérence des Chinois dans notre système politique et économique. Pour y remédier, il faut renforcer nos mécanismes démocratiques. »
Brice Pedroletti (Taipei, envoyé spécial) Journaliste au Monde

Taïwan: manifestation de masse contre un pacte commercial avec la Chine

TV5MONDE Taipei (AFP) – 30.03.2014 © 2014 AFP
atv5 Taiwandb53453c75c57356fab179ac355a1c659324fae3
Taïwanais assis autour d’une affiche intitulée « défendons nous-mêmes notre terre » dans le cadre d’une manifestation contre un accord commercial avec la Chine, le 30 mars 2014 à Taipei afp.com – Sam Yeh
Des dizaines de milliers de Taïwanais défilaient dans les rues de Taipei dimanche pour convaincre le président Ma Ying-jeou de retirer son accord commercial controversé avec la Chine, après presque deux semaines d’occupation du parlement par des étudiants.
Les manifestants portaient des banderoles engageant à « Défendre la démocratie » et à « Retirer le pacte commercial sur les services ». Ils ont défilé dans les rues menant à la présidence, sous l’oeil de quelque 3.500 policiers.

atv5tournesolsd1c4349880c9c0249a91b2d09524e5485b0fa09e

Un étudiant offre des tournesols à d’autres manifestants contre un accord commercial avec la Chine, à Taipei, le 30 mars 2014afp.com – Sam Yeh
Lundi dernier, les forces de l’ordre avaient fait usage de canons à eau pour déloger les étudiants et autres opposants au pacte qui avaient envahi le siège du gouvernement quelques jours auparavant.
Les organisateurs espèrent une centaine de milliers de personnes dans la rue dimanche. Une première estimation de la police évoquait 87.000 manifestants.
« Nous ne répliquerons pas à une action violente de la police ou d’autres groupes quels qu’ils soient. Nous resterons pacifiques (…). Toute forme de violence est interdite au sein de ce mouvement », a déclaré le dirigeant des étudiants, Lin Fei-fan.

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Démocratie, Economie, International, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.