Afrique – Les habitants du continent africain sont privés de l’accès généralisé à l’électricité

L’Afrique victime d’un « apartheid énergétique »

Le continent africain est victime d' »une forme d’apartheid énergétique » qui prive ses habitants de l’accès généralisé à l’électricité dont jouissent les pays du Nord, a déclaré mardi le président de la Banque mondiale.

atv5afrique0eda92d5e16b686436a3d3434356a911f2568192

Des fils électriques se reflètent dans le soleil couchant à Mokopane, en Afrique du Sud, le 21 juin 2010
aJim-Yong-Kim-200x200« Aujourd’hui, la consommation d’énergie du milliard de personnes vivant sur l’ensemble du continent africain équivaut à ce que la Belgique offre à ses 11 millions d’habitants », a déclaré Jim Yong Kim dans un discours à Washington. « C’est une forme d’apartheid énergétique », a-t-il affirmé.
Selon un rapport de la Banque mondiale publié en 2013, 1,2 milliard d’individus vivent sans électricité dans le monde. Un tiers d’entre eux sont concentrés dans vingt pays asiatiques et africains.
Afin de tenter de réduire ce fossé, M. Kim a défendu mardi un vaste projet de centrale hydroélectrique en République démocratique du Congo pour lequel la Banque mondiale vient de débloquer une aide de 73 millions de dollars. Son coût total est évalué à environ 12 milliards de dollars.
Baptisé Inga III, ce site pourrait contribuer à faire naître « la plus grande centrale hydroélectrique au monde » d’une capacité totale de 40 gigawatts, a déclaré M. Kim. « Ce serait l’équivalent de la moitié de la capacité de production de l’ensemble de l’Afrique sub-saharienne aujourd’hui », a assuré le dirigeant ajoutant qu’il permettra d’éviter l’émission de « 8 milliards de tonnes de carbone sur 30 ans » qu’un projet similaire au charbon aurait provoqué.
Le projet de barrage Inga III, dont la construction doit commencer fin 2016, a toutefois suscité des craintes dans la société civile congolaise, inquiètes de son impact sur les populations locales.
Lors d’une séance de questions-réponses, M. Kim a assuré que l’impact environnemental de ce projet et les déplacements de population qu’il provoquera seraient « relativement faibles ».
« Il n’y aucun doute sur le fait que cela va être difficile (…) Il y a beaucoup d’instabilité dans la région« , a toutefois souligné M. Kim.
La RDC fait notamment face à un mouvement de rébellion rwandais dans l’est du pays.
TV5MONDE Washington (AFP) – 01.04.2014 ©  AFP
Projet de barrage

aprojet barrageIngaIII_carto

 

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Energie, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.