Europe – Hongrie : l’empreinte pesante de Viktor Orban

Le Monde 05/04/2014

alemonde orban_57669462_013491465-1

Viktor Orban l’assure avec superbe : grâce à ses « bons offices » en tant que premier ministre, et à ceux de son parti, le Fidesz (conservateur), la Hongrie a fait peau neuve. Oubliée la « vieille guimbarde à la roue crevée », elle a désormais tout « d’une voiture de course rapide », s’est-il plu à rappeler il y a peu devant une foule de partisans enthousiastes, à Budapest (WSJ).
Une métaphore que ne goûtent sûrement pas ses nombreux détracteurs. Car, si les sondages le donnent largement favori pour le scrutin législatif de dimanche, l’homme, réputé « populiste », « autoritaire » et « antieuropéen », fait « trembler l’Europe », rappelle L’Essentiel.
En quatre années de mandat, de fait, ce père de cinq enfants à la personnalité « clivante » a taillé la scène politique à sa main, « polaris[ant] la société comme jamais depuis la fin du communisme (en 1989) ». Economie, justice, presse : dans tous les secteurs-clés, il a cimenté son pouvoir, faisant litière des critiques lui reprochant de céder aux sirènes de la « dictature ».
Sa réforme des médias — fortement incités à ne pas médire de l’action gouvernementale — est l’une de celles qui, rappelle l’Oman Daily Observer, a suscité une vaste levée de boucliers. Aujourd’hui, dans le pays, l’autocensure fait loi. Et ceux qui, par intégrité, refusent de s’y plier encourent un châtiment pécuniaire.
viktor_orban_810555Le Times of Israel, lui, s’inquiète de « références antisémites [qui] imprègnent de plus en plus le lexique de partis plus modérés (que le Fidesz) ». Le Tagesspiegel ne cache pas non plus son profond désarroi en constatant qu’une majorité de la population « s’est bien accommodée du fait de vivre en marge de l’Union européenne ». A l’image de Budapest, finalement, le pays arbore un double visage, conclut-il : l’un attrayant, l’autre triste…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.