Usage des pesticides dans votre commune : Citoyen(ne)s, interpellez votre maire !

Terre Vivante – 8 avril 2014
Les municipales sont passées, les nouvelles équipes sont en place, c’est à à vous de jouer ! Interpellez votre nouvelle équipe municipale sur l’usage des pesticides dans votre commune et sur l’offre de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective.Sans titre
La campagne nationale « 0 phyto, 100 % bio » propose, sur son site, la carte de France interactive des villes et villages sans pesticides (www.villes-et-villages-sans-pesticides.fr) ainsi que celle des villes et villages bio (www.villes-et-villages-bio.fr).
En France, malgré les obligations légales, l’agriculture biologique représente toujours moins de 4 % de la surface agricole utile et à peine 3 % des repas servis en restauration collective publique ; quant à l’usage des pesticides, il stagne malgré le plan Ecophyto et les annonces du gouvernement.
Face à ce constat, Agir pour l’Environnement, Bio Consom’acteurs, le collectif citoyen les Engraineurs et Générations Futures ont décidé d’unir leurs forces afin de rendre visible au niveau national, et pour la première fois en France, les communes qui s’engagent à réduire l’utilisation des pesticides et augmenter la part des repas bios proposée en restauration collective. Ainsi, les mairies sont sollicitées depuis plusieurs semaines afin de répondre à un questionnaire court sur leur usage des pesticides ainsi que sur leurs efforts en termes d’introduction d’aliments bio dans la restauration collective.
A ce jour, plus de 600 communes de toute taille ont participé et ont été recensées (sous forme d’un dégradé de vert en fonction des efforts fournis) sur l’une et/ou l’autre des cartes interactives qui sont aujourd’hui rendues publiques.
Sur le site 0 phyto-100% bio, un kit citoyen à télécharger et à diffuser peut vous aider à, vous aussi, contribuer à la mobilisation !
Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.