Françis Hallé : « Notre mépris pour les plantes est une très vieille histoire…

L’âge de Faire – journal alternatif – Mai 2014
Quand Françis Hallé compare les plantes aux animaux : « Je voudrais remettre un peu d’impartialité dans un jugement par rapport aux valeurs respectives de ces deux mondes. Le débat est conduit de façon profondément injuste. Pour deux raisons. D’abord, parce que l’homme appartient à l’un des deux groupes. Et pas à l’autre. Donc l’homme est juge et partie? Deuxième point : les plantes n’ont pas la parole. Alors imaginez un procès où le chef de la mafia tiendrait le rôle de président du jury, ou carrément du juge. Imaginez que son adversaire soit entravé, bâillonné, et n’ait pas d’avocat. A ce moment là, on se doute que, probablement, le jugement va être un peu suspect…Sans titre2
(…) J’ai des quantités de preuves du mépris dans lequel nous tenons les plantes. Il y a dans notre pays une Société protectrice des animaux Il y a aussi une Ligue de protection des oiseaux, pour laquelle, d’ailleurs, j’ai la plus grande admiration. Mais vous constatez qu’il n’y a rien pour les plantes. Ça m’a amusé de vérifier que, quand Noé a embarqué les êtres vivants dans l’arche, qu’est-ce-qu’il a pris ? Les animaux ! Il n’a jamais été dit qu’il avait emporté des plantes ! Expliquez moi : que vont manger ces animaux une fois que le déluge aura cessé ?
 Notre mépris pour les plantes est une très veille histoire Lascaux, Altamira : ce que faisaient les gens, à l’époque, sur les parois des cavernes, c’était de formidable représentations du monde animal On en est encore à se demander si, oui ou non, il ont vu les plantes. La question se pose.
Françis Hallé est un botaniste et biologiste français réputé, notamment connu du grand public pour son Radeau des cimes, qui lui permet de se poser sur la cime des arbres et d’étudier la canopée des forêts primaires. En 2012, il est à l’affiche de Il était une forêt, un documentaire réalisé par Luc Jacquet (La Marche de l’empereur). Il a également écrit de nombreux ouvrages, dont Éloge de la plante (Le Seuil, 1999). Plaidoyer pour l’arbre (Actes Sud, 2005), ou, plus récemment, Un jardin après la pluie (Armand-Colin, 2013) 
Sans titre

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.