L’argent facile euphorise la planète finance ! L’abondance de liquidités grise les marchés

 » Depuis quelques semaines, les différents marchés sont pris d’une frénésie sans précédent – Cette euphorie porte en elle un risque bien connu des financiers : la formation de bulles spéculatives, comme celles de 2000 ou 2007. »
LE MONDE | 25.04.2014

Les investisseurs se sont lancés dans la course aux rendements les plus élevés. Au risque de créer des bulles…

Du jamais-vu. Après des années de marasme économique, la planète finance est entrée dans une conjonction d’astres inédite. Grisés par les monceaux de liquidités à leur disposition, les investisseurs – assureurs, fonds de pension ou hedge funds spéculatifs – ne savent plus où donner de la tête. « Tout est possible », résume un banquier parisien. Tout s’achète, tout se finance.
Les Bourses tutoient leurs records, le marché des fusions-acquisitions est en ébullition, les entreprises et les Etats émettent d’un claquement de doigts des obligations pour se financer.
Ce dynamisme signe le grand retour de l’appétit pour le risque. Pour trouver du rendement – le « Graal » de tout investisseur –, ils n’hésitent plus à se tourner vers des marchés plus risqués – obligations de moins bonne qualité, actions de sociétés non rentables…
Mais d’où vient cet argent facile, au juste ? Des grandes banques centrales. Celles des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Japon et, dans une moindre mesure, de la zone euro. Depuis 2008, elles ont injecté des montagnes de liquidités dans le système financier. Elles représentent désormais 25 % du PIB mondial, contre 15 % en 2007.
Une manne que les investisseurs ont d’abord placée dans les pays émergents. Mais, mi-2013, quand ces derniers ont traversé des turbulences, ils ont rapatrié leurs fonds vers les Etats-Unis et la zone euro. « Pour nous, cette masse de liquidités à bas coût est un pousse-au-crime », confie un patron de fonds parisien. Certains n’hésitent plus à parler de bulle prête à exploser au moindre retournement de tendance.
Depuis un mois, Wall Street vole de record en record. Fin mars, le S&P 500 a atteint un nouveau sommet à plus de 1 890 points, deux fois plus qu’il y a cinq ans. Le CAC 40 a frôlé, le 22 avril, son record de septembre 2008, avant la chute de la banque Lehman Brothers.
Mais c’est sur le Nasdaq que la surchauffe est le plus palpable. L’indice des valeurs technologiques a atteint début mars un plus-haut depuis 2000, avant de chuter de plus de 8 % en un mois.
De quoi raviver les souvenirs de la bulle technologique de 2000. « Certaines valorisations ressemblent à celles de 1999-2000 : Facebook se paie 80 fois ses bénéfices, Netflix 129 fois ! », confirme Christian Parisot, chef économiste chez Aurel BGC. « Les mouvements de hausse de certaines valeurs sont exagérés car les incertitudes restent nombreuses : qui peut dire ce que sera Facebook dans dix ans ? »

alemonde finances14042604_BULLES+X1P1_ori_jpg_567

La vague d’introductions en Bourse aux Etats-Unis (Candy Crush, Weibo…) et en Europe (Elior, Euronext, Coface…) révèle aussi cette frénésie des Bourses occidentales. Sans parler des sommes records dépensées en rachats d’action. « Sur les marchés américains, au quatrième trimestre 2013, les premiers acheteurs après les ETF [produits financiers qui répliquent les indices] ont été les entreprises elles-mêmes », souligne M. Parisot. Ainsi d’Apple, qui y consacrera 130 milliards de dollars (94 milliards d’euros) d’ici à fin 2015 !
Dans ce contexte électrique, les fonds activistes sont plus que jamais à la manoeuvre. A l’image de l’américain Pershing, qui s’est associé, mardi 22 avril, au laboratoire canadien Valeant pour tenter de racheter le fabricant du Botox, Allergan.
Cela peut-il durer ? « Sur certaines valeurs comme les biotechs, la tendance peut vite se retourner, car la hausse est largement construite sur du sable », avertit M. Parisot.
Fusions-acquisitions, le grand retour
Les grandes manoeuvres ont repris entre multinationales. Entamé mi-2013, le mouvement s’est accéléré depuis le début de l’année, pour là aussi frôler l’emballement. Au total, les M&A ont bondi de 48 % par rapport à 2013, selon Thomson Reuters. Pas une semaine sans annonce ou rumeur de mégafusion, du rapprochement entre les cimentiers Lafarge et Holcim à la bataille autour de SFR. Dernière en date, les discussions entre General Electric et Alstom. Dans le seul secteur de la pharmacie, les chiffres donnent le tournis : trois méga-opérations viennent d’être annoncées coup sur coup, dont l’OPA hostile sur le laboratoire Allergan, pour plus de 45 milliards de dollars.
Dette d’entreprises : un « puits sans fond »
Même les professionnels n’en ont pas cru leurs yeux. En bouclant, mercredi 23 avril, un emprunt obligataire de 7,9 milliards d’euros pour financer le rachat de SFR, le câblo-opérateur Numericable a pulvérisé tous les records de levée de fonds pour une entreprise notée high-yield – la catégorie la plus risquée selon les agences de notation. « Cette opération a confirmé que la demande pour les obligations d’entreprises est désormais pratiquement un puits sans fond », souligne Félix Orsini, coresponsable des émissions de dette d’entreprise à la Société générale.
Là encore, la tendance est au beau fixe : pas moins de 104 milliards ont été levés en euros cette année dans le monde, contre 85 milliards sur la même période de 2013, qui marquait déjà un record.
Mais, là encore, le risque demeure. « La différence de rendement entre actifs risqués et non risqués a tendance à se réduire dans des proportions inhabituelles », avertit M. Orsini. Il se refuse toutefois à parler de bulle. « Le plus probable est que le reflux des liquidités se fasse progressivement. Les marchés sont devenus résilients : depuis l’an dernier, ni la crise chypriote ni celle des émergents ou de l’Ukraine n’ont durablement impacté le marché obligataire », estime-t-il.
Emprunts d’Etat : déroutante euphorie
« Entre nous, je trouve ça malsain », confie, dans un soudain moment de lucidité, un banquier parisien. « Nous nous jetons sur la dette grecque alors qu’il y a deux ans la restructuration de cette même dette a fait perdre 107 milliards d’euros à tous les créanciers privés ! » Le 10 avril, Athènes a en effet emprunté 2,5 milliards d’euros sur cinq ans, à 4,95 %. Et les investisseurs se sont battus pour lui prêter de l’argent : la demande a dépassé les 20 milliards…
Il y a dix-huit mois encore, personne n’aurait parié que le vent tournerait aussi vite. A l’époque, les pays périphériques de la zone euro – Irlande, Grèce, Portugal, Espagne, Italie – étaient voués aux gémonies par les financiers, qui ne daignaient plus acheter leurs obligations. Ou alors, à des taux dépassant 6, 10, voire 15 %.
Mais tout a changé fin 2013, quand les économies émergentes ont donné de premiers signes de faiblesse. Soudain, les investisseurs se sont réintéressés à la zone euro. Et ont constaté que loin d’avoir explosé, comme le prédisaient les Cassandre, elle commençait à renouer avec la croissance. Du coup, ils se sont mis à acheter des obligations souveraines à tour de bras, si bien que l’Irlande, le Portugal et la Grèce ont pu faire leur retour sur les marchés sans encombre. Le 23 avril, Lisbonne a ainsi emprunté 750 millions sur dix ans à 3,575 %. C’est moins que les taux français d’avant la crise (4,15 % en moyenne)…
Pour certains observateurs, cette euphorie est le signe que la confiance dans la zone euro est enfin revenue. « Mais les pays périphériques profitent aussi de la quête frénétique de rendement », commente Patrick Artus, le chef économique de Natixis. En particulier celle des hedge funds. Parmi les acheteurs des obligations grecques émises le 10 avril, 33 % étaient des fonds vautours. Ceux-là même qui, en 2010-2011, pariaient sur la faillite d’Athènes…
Faut-il s’en inquiéter ? Les tenants du verre à moitié plein soulignent que cet élan des marchés aidera les Etats à redresser plus vite leurs finances. Les pessimistes, eux, remarquent que, décidément, les investisseurs n’ont retenu aucune leçon de la crise des subprimes…
Marie Charrel  Journaliste au Monde
Audrey Tonnelier Journaliste au Monde

L’argent facile euphorise la planète finance

Pour réanimer l’économie, les grandes banques centrales ont inondé les marchés de liquidités
Le Monde 26 avril 2014
Bourses, fusions-acquisitions, dettes souveraines : depuis quelques semaines, les différents marchés sont pris d’une frénésie sans précédent. Pas une journée sans qu’une nouvelle opération financière colossale ne vienne attiser l’appétit des investisseurs.  » Tout est possible « , s’enflamme un banquier parisien. Tout s’achète, tout se finance.
C’est peu dire, les liquidités coulent à flots. Leur source : les grandes banques centrales, en particulier américaine, britannique, japonaise et, dans une moindre mesure, européenne. Depuis 2008, ces institutions ont pris des mesures sans précédent pour réanimer l’économie des pays développés, offrant aux investisseurs des taux historiquement bas, et plus de liquidités qu’ils n’en désiraient. Leur niveau dépasse désormais 25 % du PIB mondial, contre 15 % en 2007 !
Après avoir tout misé sur les pays émergents, les assureurs, fonds de pension et autres  » hedge funds  » reviennent aux Etats-Unis et dans la zone euro. Objectif : trouver les rendements les plus élevés. Même si cela implique de prendre plus de risques.
Le Nasdaq a battu son record en mars, avant de chuter sévèrement. Les investisseurs se ruent sur les dettes grecque, portugaise et irlandaise, qu’ils fuyaient il y a peu. Dans certaines villes, comme Londres, l’immobilier frôle la surchauffe. Cette euphorie porte en elle un risque bien connu des financiers : la formation de bulles spéculatives, comme celles de 2000 ou 2007.
26 avril 2014 édition abonnés © Le Monde
Dessin source :http://news613.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3725:un-parfum-d-euphorie-plane-sur-la-plan%C3%A8te-bourse&catid=41:content-news-26&Itemid=63

adessin WS630446577

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, International, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.