Conjoints, enfants, parents, amis, voisins : les « aidants » sont huit millions en France

France Info – 30/04/2014 – Pascal Le Guern
Nous sommes aujourd’hui plus de huit millions à prendre soin d’un proche malade, en perte d’autonomie ou handicapé. Longtemps ignorés et isolés, les proches qui aident une personne fragile font désormais l’objet de l’attention des pouvoirs publics.
Pascal Le Guern : Carole Renucci, vous êtes directrice du magazine Notre Temps, qui sont ces aidants ?
C’est vous, c’est moi, peut-être demain, peut-être après demain, ça peut venir très vite puisque c’est lié à une perte d’autonomie et ces pertes d’autonomie surviennent souvent brutalement. Alors, les aidants, vous l’avez dit, c’est au moins huit millions de personnes, certains annoncent même le chiffre de dix millions. 57% ont plus de cinquante ans, 60% sont des femmes et 46% travaillent. Autant dire que cela complique énormément leur vie.
Sans titre 3
Bien sûr, car pour ceux qui aident leurs proches, l’aide 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, c’est un bouleversement énorme en termes de vie familiale et professionnelle !
Absolument, alors encore un autre chiffre, déclarent avoir peu ou pas de temps de vivre, beaucoup ressentent un manque d’informations de la part des services compétents, près de la moitié des aidants sont encore en activité et ceux-ci ont l’impression que leur employeur ne prend pas en compte leur situation. Et enfin, près de huit sur dix expriment un besoin de reconnaissance par la société. Ils ont le sentiment de na pas être reconnus et la moitié encore souhaiterait que leur entourage les relaient de temps en temps. Tous ces chiffres traduisent un désarroi et un isolement profond.
Professionnellement, il y a certaines entreprises qui aident leurs salariés quand ils doivent être présents auprès d’un proche ?
Oui, il y a notamment une entreprise qui s’appelle Responsage *, dont l’objectif est de proposer aux entreprises d’épauler leurs salariés confrontés à une situation urgente, qui leur donne toutes sortes d’aides, de relais, qui leur indique les bons organismes, les oriente, les écoute, ce qui est très important. Cet organisme estime que 15% de l’activité des aidants serait consacré à régler des problèmes liés au soutien de leurs proches. Autant vous dire qu’il est important que les entreprises prennent la bonne mesure de ce nouveau phénomène.Sans titre 2
Qu’est-il prévu justement, plus généralement dans notre pays, pour soulager ces aidants ?
Pour les soulager, il existe sur le territoire plus 9 300 places d’hébergement temporaire en maison de retraite Mais ce n’est pas suffisant. Tout le monde le déplore, notamment les familles concernées par l’Alzheimer. Il faut aussi savoir ce chiffre vraiment marquant : 30% des conjoints aidant un malade d’Alzheimer meurt avant la personne aidée ! Autant vous dire à quel point ces personnes sont sollicitée sur tous les plans, moral, musculaire,etc. Ces personnes consomment des psychotropes et certaines en arrivent même à des actions de maltraitance par exaspération. C’est à dire si le problème est lourd.
Y-t-il des financements particuliers ? 
Oui, il y a quelques aides : vous pouvez bénéficier d’un congé de soutien familial pour vous occuper d’un proche handicapé ou souffrant d’une perte d’autonomie. Il est d’une durée de trois mois, renouvelable au maximum trois fois, mais qui n’est pas rémunéré. Il est à demander à son employeur. Il y a un autre moyen qui est le congé de solidarité familial pour accompagner une fin de vie. Il est de trois mois renouvelable une fois qui peut donner lieu à une indemnisation pendant 21 jours par cette fameuse allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie, qui est de 54 euros par jour. A demander aussi à son employeur. Et puis, dernière mesure, en novembre 2013, Jean-Marc Ayrault à annoncé à l’intention des aidants l’instauration d’un « droit au répit ». Alors, à partir de 2015, une aide de 500 euros par an leur permettra de financer un hébergement temporaire ou un séjour dans un accueil de jour pour la personne aidée, le temps pour l’aidant de souffler.
D’autres aides encore ? mais ou se renseigner ?
D’autres soutiens et quelques adresses pour se renseigner : tout d’abord il faut se tourner vers le monde associatif. Je pense à France-Alzheimer, à France -Parkinson, à l‘Unafam, à Génération mouvement , etc. qui forment aussi les aidants car nous sommes face à une prise en charge particulière à la quelle nous ne sommes pas forcément prêts. A côté des associations, il y a aussi les caisses de retraites complémentaires qui sont souvent très impliquées auprès des aidants. Parmi les orientations prioritaires de certaines figure l’assistance psychologique pendant et après une situation d’aide. Donc ce sont des initiatives qui vont vraiment dans le bon sens.
* Responsage : 1er service indépendant d’information, d’orientation et de conseil pour les salariés aidants de personnes âgées en perte d’autonomie.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Social, Solidarité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.