Alstom, le bras d’honneur au gouvernement

Le Canard Enchaîné du 29 avril 2014 – Jerôme Canard
C’est dans la panique et l’improvisation que le gouvernement tente de s’opposer au démantèlement d’Alstom, voulu par Bouygues, son allié d’hier lors de la vente de SFR.
Depuis plusieurs semaines, son pédégé, Patrick Kron, négociait dans le plus grand secret la vente de la division énergie d’Alstom à l’américain General Electric. Plus grave encore, il a fallu une dépêche de l’agence Bloomberg (un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et l’information économique) pour que la vérité éclate : les signatures du français et de l’américain devaient être apposées le dimanche 27 avril !
100_6009Le coup est d’autant plus cruel pour le gouvernement qu’il est signé Martin Bouygues C’est évidemment lui, fort de ses 29% d’actions Alstom qui a autorisé Patrick Kron à démanteler le groupe et à vendre la division énergie (comprenant des éléments nécessaires à la construction des centrales nucléaires). Le même Martin Bouygues que, au nom du patriotisme économique, Hollande et Montebourg ont soutenu – de toutes leurs forces avec le succès que l’on sait… – dans sa tentative de racheter Vivendi à l’opérateur de téléphonie mobile SFR. C’était oublier que le patriotisme de Martin Bouygues s’arrêtait à son propre tiroir-caisse.
Les moulinets de Montebourg semblent bien dérisoires, puisque le gouvernement n’a le choix qu’entre deux mauvaises solutions. Soit laisser faire General Electric et se retrouver en position de bradeur d’un des derniers fleurons de l’industrie hexagonale. Soit peser suffisamment – s’il en a les moyens – pour imposer en catastrophe la proposition de l’européen Siemens à Alstom et à Bouygues. Mais avec un coût social beaucoup plus important… Dans sa lettre d’intention, l’allemand ne s’engage en effet à maintenir l’emploi dans l’Hexagone que sur trois ans.
100_6010
Les difficultés d’Alstom, qui ne datent pas d’hier, n’ont pas empêché les revenus de son pédégé, Patrick Kron, de s’améliorer : 2 180 000 euros en 2010-2011, 2 295 000 en 2011-2012 et 2 555 000 en 2012-2013. Soit une hausse de 17% en trois ans. Sans oublier la promesse d’une gentille retraite chapeau. Ce n’est pas tout..
l_patrick-kron-alstom-conference-presseLe Conseil d`administration de Sanofi a décidé de proposer à l`assemblée générale des actionnaires du 5 mai 2014 la nomination d`un nouvel administrateur indépendant, Monsieur Patrick Kron. Le PDG d’Alstom remplacerait ainsi Lord Douro, qui a siégé 12 ans au Conseil du groupe pharmaceutique et ne sollicite pas le renouvellement de son mandat.
Rien de nouveau sous le soleil des oligarques du Cac40, ça continue comme avant, mais on ne s’habitue toujours pas…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Social, Travail, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.