Chypre – La Turquie à l’amende sur la question chypriote

Le Monde 14/05/2014
En matière de relations internationales, la notion de prescription ne compte pas. La Turquie de Recep Tayyip Erdogan vient de l’apprendre à ses dépens.
Lundi, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) l’a ainsi condamnée à verser 90 millions d’euros à la République de Chypre en réparation du préjudice moral subi par ses citoyens à la suite de l’invasion de 1974. Cette année-là, en juillet, Ankara avait lancé ses troupes à l’assaut du nord de l’île ; une opération militaire en réponse au coup d’Etat perpétré quelques jours plus tôt dans le Sud, avec le soutien du régime grec des colonels (1967-1974).
Depuis, Chypre vit sous un régime de partition de fait, scindée entre la République de Chypre et la République turque de Chypre du Nord (RTCN), une entité reconnue seulement par la Turquie.
Si l’arrêt rendu par la CEDH — remarquable sur le plan financier (Cyprus Mail) — satisfait le gouvernement chypriote, il hérisse en revanche les autorités turques, note le Daily Telegraph. Le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a d’ailleurs affirmé qu’il « n’avait pas force exécutoire, pas plus qu’il n’avait de valeur » aux yeux de son pays.
Pour le Guardian, la décision prise par l’institution de Strasbourg pourrait avoir des répercussions jusqu’en… Géorgie et en Ukraine, lesquelles pourraient être tentées de demander réparation à la Russie pour l’occupation de leurs territoires respectifs. Elle risque surtout, aux dires des analystes, de miner le fragile mais prometteur processus de paix qui a repris sur l’île en février.
Prudent, le Washington Post, lui, entrevoit désormais deux issues possibles : « Soit l’arrêt va contribuer à réduire le nombre de questions en souffrance à la table des négociations, soit il va servir au contraire aux dirigeants politiques pour attiser le sentiment nationaliste à des fins partisanes. »

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, International, Justice, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.