Amnesty International dénonce, dans son rapport sur « la torture », la trahison de nombreux pays malgré leur engagement lors de l’adoption de la convention

Le Monde 15/05/2014

L’alarmante prospérité de la torture dans le monde

La torture, un usage révolu ? Bien au contraire, affirme Amnesty International.
Amnesty%20International%20logoDans son dernier rapport, intitulé « La torture en 2014 : trente ans d’engagements non tenus » et rendu public mardi, l’ONG constate que le procédé prospère de manière préoccupante. Trente ans après l’adoption historique, par les Nations unies, de la Convention contre la torture, au moins 79 des 155 pays à l’avoir ratifiée ont, semble-t-il, trahi leurs engagements.
Les chiffres eux-mêmes, relayés par Al-Jazira, dressent un état des lieux saisissant : sur plus de 21 000 personnes interrogées dans 21 pays, 44 % assurent qu’elles ne se sentiraient pas à l’abri de la torture en cas d’arrestation dans leur pays.
Une inquiétude particulièrement vive au Mexique et au Brésil. D’autres pays sont également visés de manière explicite, à l’instar de la Chine et de la Corée du Nord, où les détenus des camps sont soumis à des conditions « extrêmement inhumaines » (Radio Free Asia).
Autre fait saillant de cette étude, mis en exergue par le Daily Telegraph, près d’un tiers des Britanniques sondés pensent que la torture peut être justifiée. Pour Amnesty International, cela atteste l’impact néfaste des séries qui ne cessent de la « glorifier » – ce que The Independent nomme « l’effet 24 », en référence au feuilleton télévisé américain 24 heures chrono.
Plus généralement, elle fustige la schizophrénie de certains Etats qui, tout en bannissant la torture sur le plan législatif, la facilitent en pratique (Al-Arabiya). A l’instar de l’ONG, The Peninsula Online condamne un usage « qui n’a pas sa place dans une société civilisée » et dont les bénéfices supposés sont très relatifs. Le Guardian abonde dans ce sens, expliquant que la torture marche davantage comme force de dissuasion que pour arracher à un prisonnier ses secrets inavouables et de précieuses informations…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Droit de l'humain, Police, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.