Un hôpital public privatisé par un émir

Le Canard Enchaîné – 20 mai 2014 – L.B.
4168492-6326272A patient de luxe, conditions de luxe : l’hôpital public Ambroise-Paré a privatisé toute une aile du service d’orthopédie afin d’accueillir un riche émir ! Du 8 au 13 mai, neuf chambres et une salle de détente ont été réservées au 7ème étage, avec vue imprenable sur le bois de Boulogne et l’hippodrome de Longchamp. Les malades ordinaires ont dû se contenter d’une autre partie du service d’orthopédie, au 1er étage. L’illustre malade a débarqué flanqué de sa garde rapprochée, soit une trentaine de personnes, en garant tranquillement cinq ou six Mercedes sur le parking du personnel.
1145-FABER2Pour l’occasion, l’hosto s’est mis en quatre, ou plutôt en douze avec tapis rouge et fanfare : des informaticiens ont câblé l’étage pour mettre en place fax, téléphone et réseau Internet Et des plombiers ont installé… des jets d’eau dans les toilettes pour les hôtes puissent se livrer à leurs ablutions ! Des dizaines de chaises ont été aussi réquisitionnées : les visiteurs ont ainsi pu se relayer au chevet de l’auguste opéré. « Tout le personnel était sur le pont« , raconte un soignant. Et c’est le chef du service, le Pr Hardy, qui s’est chargé de l’intervention.
Vu le branle-bas, l’hôpital a-t-il facturé une méga addition pour renflouer ses comptes ? Même pas ! « La prestation a été majorée de 30%, ce qui s’applique habituellement aux patients non résidents, explique la direction au « Canard ». La réservation de neuf chambres s’imposait uniquement pour des raisons de sécurité. » On défaille… 
La prochaine fois, l’émir aura aussi droit à des broches en or ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.