Santé : les bienfaits du jardin

 

Terre vivante – 02/06/2014 – Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio
On est en plein cœur printemps, les jardins explosent littéralement. Ça tombe bien, ce sont de vrais antidépresseurs ! C’est ce que tendent à prouver les résultats de trois études menées il a quelques années.
La première, « Écothérapie: l’agenda vert pour la santé mentale », menée en 2007 par des chercheurs de l’université d’Essex (Angleterre) ont comparé les bénéfices, pour les personnes souffrant de dépression, de trente minutes de promenade dans la campagne avec la même durée dans un centre commercial. Résultats : 71% des promeneurs du jardin se déclaraient moins déprimé et pour 90%, la confiance en soi avait augmenté. Dans un centre commercial, 22% étaient davantage déprimés et 44% rapportaient une baisse d’estime de soi.
poussin_endormiJardin des plantes de Nantes – le poussin endormi de Claude Ponti
En 2009, une équipe de Bilthoven (Pays-Bas) a comparé les données de 350 000 dossiers médicaux selon le lieu d’habitat de leurs propriétaires. Les principaux résultats montrent que jardins et espaces verts participent à la réduction du stress et des troubles de l’attention, que l’amélioration de la qualité de l’air induite par les parcs et la possibilité d’y pratiquer des exercices physiques réduisent la fréquence des maladies respiratoires. Par ailleurs, il a été observé que les enfants de moins de 12 ans et que les personnes à faible revenu, qui passent plus de temps dans les environs de leur domicile, sont plus particulièrement sensibles à ces bienfaits.
800px-XDSC_7599-jardin-public-de-BordeauxJardin public de Bordeaux
Enfin, une étude danoise de 2010 a montré que les personnes vivant à plus de 1km de l’espace vert le plus proche étaient une fois et demie plus stressés que celles vivant à moins de 300 m d’un espaces vert.
Conclusion ? Tous au jardin !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Loisirs Tourisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.