Agrocarburants : la France à l’arrière-garde…

Du journal alternatif  L’âge de faire N°88 juillet-août 2014
logo_site_Lagedefaire1
Les ministres de l’Union européenne sont parvenus à un accord sur le plafonnement des agrocarburants de première génération, qui ne devront pas dépasser le seuil de 7% par rapport à l’objectif de 10% d’énergie renouvelable dans les transports d’ici 2020. La Commission européenne proposait de descendre jusqu’à 5%, mais la France s’est battue pour défendre les agrocarburants de première génération, dénonce Corinne Lepage, rapporteur pour le Parlement européen.
On sait pourtant que l’incorporation dans le carburant d’ester méthylique d’huile de colza a des conséquences sociales, environnementales et économiques néfastes (*). Mais nos dirigeants ont du mal à reconnaître leurs erreurs, sans compter que le président du tout puissant lobby agroalimentaire français qu’est la FNSEA, Xavier Beulin, préside aussi Sofiprotéol – le plus gros producteur français d’agrocarburants.
Quand on a pas de pétrole, on a quand même les lobbies..
Lire : Corinne Lepage dénonce le soutien de la France aux agrocarburants
erreur-fatale(*)La production d’agrocarburants nécessite d’importantes surfaces cultivables. Selon Jean Marc JANCOVICI, Ingénieur Conseil spécialiste des émissions des gaz à effet de serre, il faudrait par exemple cultiver 118% de la surface totale de la France en tournesol pour remplacer l’intégralité des 50Mtep de pétrole consommés chaque année (juste) par les Français dans les transports (104% de la surface nationale avec le Colza, 120% avec la betterave et 2700% avec le blé). Malgré leurs avantages, les agrocarburants ne semblent donc pas pouvoir être une solution miracle qui nous permettrait de continuer de consommer autant de carburant qu’aujourd’hui.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, Energie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.