Culture – Les Roms, ces Européens / Tsiganes, nomades : Un malentendu européen

Le livre du jour / Le Monde  08/07/2014
Ils ont tour à tour été nommés Bohémiens, Gitans, Manouches, Tsiganes et Roms. Tout au long de leur histoire, ces populations nomades et les peuples sédentaires de l’Europe ont vécu ensemble, bon gré mal gré, sans jamais vraiment se comprendre.
L’incompréhension. Le malentendu. C’est ce que se propose d’explorer cet ouvrage collectif sous la direction de Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto, respectivement professeur de littérature comparée à l’université Paris-VII et anthropologue du monde manouche à l’université de Pau. Ce livre réunit les contributions d’une trentaine de spécialistes universitaires français, allemands, belges, hongrois et italiens.
Dans un style parfois aride, le malentendu Tsiganes-Europe se décline dans les champs de l’histoire, de l’anthropologie, de la littérature, de la politique et de la langue. Le lecteur arpente ainsi avec curiosité le cheminement scientifique des grammairiens allemands qui, à la fin du XVIIIe siècle, mettent fin à la légende selon laquelle les Tsiganes viennent d’Egypte en établissant leur origine indienne grâce aux similitudes de la langue romani avec le sanskrit.
Le pari de l’intelligence
Le lecteur découvre la diversité de ce peuple que ne parviennent pas à appréhender nos esprits modernes, rationalistes et classificateurs. Puis il frémit d’horreur en découvrant la perversité de l’appareil nazi qui, des stérilisations forcées à l’internement et l’exécution dans le camp d’Auschwitz, liquide près de 30 000 des 35 000 Tsiganes allemands, accusés de pervertir la  » race aryenne « . Sans parler des massacres commis dans les territoires alors occupés de l’ex-URSS, se livrant à un véritable génocide.
Ce livre a l’immense mérite de donner de la profondeur aux questions d’actualités liées aux Roms. Au-delà des slogans électoraux et des faits divers sordides, les auteurs nous donnent à appréhender la dimension européenne et historique de ces événements.
En condamnant le discours de Nicolas Sarkozy prononcé à Grenoble en 2010 et les propos de Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, au Figaro, le 15 mars 2013 :  » Les Roms ne souhaitent pas s’intégrer dans notre pays pour des raisons culturelles ou parce qu’ils sont entre les mains de réseaux « , cet ouvrage fait le pari de l’intelligence. Il propose aux sédentaires que nous sommes de ne pas céder aux facilités de jugement et aux amalgames lorsque nous avons affaire à nos cousins nomades.
Car la clé du livre est sans doute ici. Et si c’était à nous, les gadjé, de changer notre regard ? En 2011, le Conseil de l’Europe créait l’European Academic Network on Romani Studies, laboratoire mêlant centre de recherche et décisions politiques. Il est temps de mettre fin à ce malentendu européen.
Roms, Tsiganes, nomades. Un malentendu européen Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto – Karthala, 670 p.,49 €
Simon Fontvieille © Le Monde
 alivreroms-tsiganes-nomades-un-malentendu-europeen
 Cet ouvrage dresse un état présent des connaissances sur le sort des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, sujet passé sous silence alors que d’importants travaux ont renouvelé les perspectives

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Débats Idées Points de vue, Europe, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.