Disparition – Lorin Maazel, le célèbre chef d’orchestre, est mort

atv5lorin Mazel1521241_3_7b80_le-chef-d-orchestre-lorin-maazel_62cb3f8b413c2752ee5c3963c17eb95d

Enfant prodige de la musique, le chef d’orchestre Lorin Maazel s’est éteint dimanche à l’âge de 84 ans, dont 75 consacrés aux plus grands compositeurs et aux orchestres du monde entier.
Né en France d’une famille de musiciens américains juifs, « Maestro Maazel » est décédé en Virginie (est des Etats-Unis) des suites d’une pneumonie, a annoncé le Castleton Festival, dont il était le fondateur. « Chef d’orchestre de renom international », Lorin Maazel avait consacré plus de 75 ans de sa vie à la musique, écrivent les organisateurs du festival destiné aux jeunes talents en Virginie, près de Washington.
C’est dans sa maison de Castleton Farms, où il répétait pour le prochain festival annuel, qu’il est décédé dimanche, ajoutent-ils dans un communiqué.
« Cher Lorin! Un immense merci pour ton génie… », a écrit dans un tweet le ténor espagnol Placido Domingo, en apprenant le décès du grand chef d’orchestre.
La ministre française de la Culture Aurélie Filippetti a de son côté salué la mémoire d’un « maître intransigeant mais profondément humaniste », qui a dirigé l’Orchestre national de France.
Après sa naissance dans l’agglomération parisienne, le 6 mars 1930, le musicien prodige commence les leçons de violon à l’âge de cinq ans, donne des cours dès sept ans, joue en public à huit ans et se produit déjà dans les plus grands orchestres entre neuf et 15 ans.

atv5mazel56dd64a5bcffee1d1fb2dc393863781d56e18368

Nommé deux fois commandeur de la Légion d’honneur, Lorin Maazel a dirigé plus de 150 orchestres dans quelque 5.000 opéras ou compositions différentes et participé à plus de 300 enregistrements de Beethoven à Tchaïkovski, en passant par Debussy, Rachmaninoff et Strauss. Il avait dirigé le Philharmonique de New York et l’Opéra d’Etat de Vienne. De la direction artistique ou musicale, il avait également eu des responsabilités clés à l’Opéra de Berlin et au Philharmonique de Munich, notamment.
– Au service des jeunes talents –
Dans un tweet, le Philharmonique de Londres, où il avait encore dirigé des concerts en mars, s’est dit « catastrophé » d’apprendre la mort de son ancien co-chef d’orchestre principal, avec qui « la relation a duré plus de 50 ans ».
L’actuel chef d’orchestre du Philharmonique de New York Alan Gilbert s’est lui déclaré « absolument dévasté par la nouvelle choquante de la mort » de l’artiste. C’est aux commandes du Philharmonique de New York que Lorin Maazel avait donné un concert sans précédent en Corée du Nord en 2008, qui avait été retransmis en particulier à la télévision d’Etat nord-coréenne.
L’Orchestre symphonique de Londres aussi s’est dit « triste d’apprendre (ce) décès lors des répétitions » de son concert de dimanche soir. Sur Twitter, le Royal Opera House de Londres a fait part de sa « tristesse ». C’est là, à Covent Garden, que Lorin Maazel avait inauguré le premier opéra qu’il avait composé, « 1984 », inspiré du livre de George Orwell, qui avait ensuite été joué à guichets fermés à La Scala de Milan.
Avec sa femme Dietlinde Turban Maazel, qui lui survit, ce père de famille et grand-père avait fondé le festival Castleton en 2009 sur leurs terres de Virginie, avec l’objectif affiché d’en faire « un ouvreur de perspectives », selon ses propres mots.
« Reconnaissant la valeur qu’il avait lui-même tirée de ses tuteurs lorsqu’il était jeune, Maestro Maazel voulait (…) encourager les jeunes musiciens par la pédagogie », faire connaître de jeunes talents et apporter une « nouvelle énergie » à la musique classique, salue le festival Castleton.
Décrivant sa mission au service des jeunes artistes, le mentor évoquait un travail qui était « encore plus qu’un travail d’amour, un travail de joie ».
Tv5 monde Washington (AFP) – 14.07.2014  – Par Chantal VALERY © 2014 AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.