Parlement Européen – La dangereuse rhétorique des  » énergumènes  » : Impossible de stopper sur-le-champ des propos outranciers.

Le Monde 27/07/2014

Faute de peser, les parlementaires non inscrits sont tentés de multiplier les  » clashs « 

Udo VoigtCe jour-là, Udo Voigt a pris l’un des derniers vols pour rentrer chez lui, à Berlin.  » Celui de 20 heures « , précise-t-il. L’eurodéputé du Parti national démocrate d’Allemagne (NPD), une formation néonazie, siège au Parlement depuis les élections du 25 mai.
Il prend ses nouvelles fonctions avec sérieux et veut le faire savoir. Il tenait, dit-il, à travailler toute la journée à Strasbourg, où il participait, ce mercredi 23 juillet, à une session de la Commission des libertés civiles.
Connu pour l’admiration qu’il porte à Hitler, ses positions antisémites, anti-immigration et homophobes, M. Voigt entend profiter de son appartenance à cette commission pour  » défendre la liberté d’opinion « .  » Je me battrai, dit-il, pour que les nationalistes d’Europe ne soit pas emprisonnés pour leurs idées « , évoquant l’incarcération de députés du parti néonazi grec, Aube dorée, et celle du négationniste allemand Horst Mahler, un fils de militants nazis, ancien terroriste de la Fraction armée rouge, passé à l’extrême droite.
Udo Voigt fait partie de ces  » énergumènes «  – comme les qualifie Alain Lamassoure, chef de la délégation française du Parti populaire européen (PPE, droite) – parvenus à entrer au Parlement à l’issue des élections de mai. M. Voigt a fait irruption au Parlement avec seulement 1 % des voix, grâce à une modification de la loi électorale allemande, qui a fait disparaître le seuil de 3 % pour siéger à Strasbourg. En dépit de la gêne qu’il suscite,  » il est député, il est élu, il a tous les droits « , commente une source bruxelloise.
Mais M. Voigt est isolé, comme la plupart des autres membres de partis d’extrême droite plus ou moins fréquentables évoluant sous la dénomination vague de  » non-inscrits  » (NI). Parmi eux, le Front national (FN), qui dispose désormais de 23 représentants au Parlement, contre 3 lors la précédente législature, et n’a pas réussi à constituer un groupe avec d’autres formations europhobes et populistes.
M. Voigt fait enrager les sociaux-démocrates, libéraux ou conservateurs, mais sans vraiment effrayer. Avec 52 non-inscrits (sur 751 parlementaires), aucun grand parti n’aura à se compromettre avec eux pour faire passer un texte ou un amendement. «  De toute façon, ils votent non à tout, il n’y a rien à négocier « , commente un eurodéputé, plus inquiet de l’influence des eurosceptiques britanniques.
En dépit de leur prétention à  » détruire l’Europe de l’intérieur « , comme l’affirme Marine Le Pen, la présidente du FN, personne n’imagine les  » NI  » capables de modifier l’agenda européen.  » Leur objectif n’est pas de peser mais de faire des “clashs”. De pouvoir rentrer chez eux et dire : “On leur a dit” « , commente Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert-Schuman. Si M. Voigt joue les bûcheurs assidus, la plupart des NI désertent l’hémicycle.
aeuropekorwin-mikke-620x315Il n’empêche. L’atmosphère est pesante, voire nauséabonde. La séance plénière du mercredi 16 juillet, où les parlementaires débattaient du chômage des jeunes, a donné un avant-goût de ce que les  » énergumènes « , peuvent faire. Le député polonais Janusz Korwin-Mikke, un monarchiste ultralibéral à la tête du Congrès de la nouvelle droite (KNP), a fait ce jour-là un parallèle douteux entre les jeunes chômeurs d’Europe et les  » nègres « .
 » Dans mon pays, “nègre”, ce n’est pas un gros mot « , explique le Polonais sans l’ombre d’un regret.  » Les jeunes sont les négros du XXIe siècle « , appuie-t-il, rappelant que John Lennon avait fait de la femme, dans un de ses chansons, la  » négresse du monde « .  » Pour que le monde redevienne normal, il faut parler un langage normal « , poursuit-il. Et pour M. Korwin-Mikke, un monde normal ce n’est pas la démocratie,  » où un idiot a le même droit de vote qu’un professeur d’université « .
 » C’est inacceptable « , s’étouffe Tanja Fajon, vice-présidente du groupe social-démocrate. La députée estime qu’il faut sanctionner immédiatement M. Korwin-Mikke, de peur qu’une  » dangereuse rhétorique «  ne s’installe sournoisement dans l’hémicycle. Une crainte largement partagée.
Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a promis d’agir, mais il manque de moyens. Il peut infliger une réprimande, une sanction financière de quelques milliers d’euros, voire expulser l’intéressé pour quelques jours. Guère plus. Impossible de stopper sur-le-champ des propos outranciers. Le seul moyen est de faire du brouhaha. Au bout de trois rappels à l’ordre, le président peut décider d’expulser. Mais peut-être est-ce ce dont rêvent ces provocateurs ?
Claire Gatinois

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.