Logement sociaux – Nombre de maires, dans les villes de banlieue ayant basculé à droite, remettent en cause les programmes

LE MONDE | 24.07.2014

Des logements sociaux en panne après les municipales

Les programmes de logements sociaux sont en net recul. Depuis les élections municipales, nombre de maires, dans les villes de banlieue ayant basculé à droite, remettent en cause les programmes, lancés par leurs prédécesseurs, de construction de ce type de logement.
Selon une enquête que l’Union sociale pour l’habitat (USH) doit rendre publique le 25 juillet, 12 000 logements sont bloqués ou compromis sur l’ensemble du territoire, principalement dans les grandes agglomérations.
« Près de la moitié de ces retards sont dus à un réexamen par les nouvelles équipes municipales. On sent une vraie hostilité », explique Frédéric Paul, délégué général de l’organisme public. Ces constructions prêtes à démarrer ont été arrêtées, voire annulées par le nouveau maire. Il s’agit, majoritairement, de villes ayant basculé à droite. 20 % des blocages sont dus à des recours des voisins refusant l’implantation de ces HLM. S’y ajoutent les programmes qui se vendent mal pour des raisons liées au marché.
LES NUISANCES MISES EN AVANT
C’est en région parisienne que la situation est la plus alarmante. Près de 4 000 logements agréés sont compromis. Dès leur élection, plusieurs élus UMP ou UDI ont fait annuler des permis de construire ou modifié leur plan local d’urbanisme pour contrer des projets de HLM. C’est le cas à Chelles (Seine-et-Marne), où le maire UMP a arrêté la construction de 52 logements en centre-ville. Sur les panneaux du chantier, l’élu, Brice Rabaste, a fait afficher un bandeau « Permis de construire annulé par le maire ». Même chose à Athis-Mons (Essonne), où 18 logements sont remis en cause. D’autres programmes plus importants, comme à Montgeron (Essonne) ou Vernouillet (Yvelines), sont à l’arrêt.
A Clamart (Hauts-de-Seine), la maire PS avait prévu un petit programme de 40 logements en centre-ville. Elle a été battue, le projet est abandonné. Palaiseau (Essonne), dont l’ancien ministre (PS) de la ville, François Lamy, a été le maire, n’échappe pas au phénomène. Grégoire de Lasteyrie (UMP) a interrompu la réalisation d’un nouveau quartier de 2 500 logements mixtes. « Il s’est fait élire en faisant peur aux gens sur les nuisances et l’arrivée trop massive d’habitants. Or on a une liste d’attente d’au moins 1 000 demandes de HLM », explique M. Lamy.
Pour justifier ces arrêts, les édiles mettent en avant des nuisances comme le stationnement rendu impossible ou la circulation trop dense. D’autres y voient un refus moins avouable de voir arriver des populations plus pauvres. « Il y a un phénomène général de réticence à voir s’installer des populations identifiées comme déclassées », assure Frédéric Paul.
La situation inquiète en tout cas la région comme les bailleurs. « Alors qu’on a un besoin grandissant de logements, on a des mairies qui ne veulent pas participer à l’effort général », se désole Emmanuelle Cosse, vice-présidente EELV chargée du logement. « On était plutôt sur une dynamique croissante en 2013. Aujourd’hui, on n’a jamais été aussi bas en Ile-de-France ! », renchérit Stéphane Dambrine, président de l’USH Ile-de-France. Un mauvais signe au moment où l’Etat souhaite atteindre, d’ici à 2107, l’objectif de 500 000 logements construits par an.
Sylvia Zappi Journaliste au Monde
Sud-Ouest : Les organismes HLM s’inquiètent du ralentissement de la production de logements sociaux

alogementunion-sociale-pour-l-habitat-a-alerte-sylvia-pinel-la_1869905_800x400

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Logement, Politique, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.