Chine : M. Xi poursuit sa croisade anticorruption

Xi JinpingDès son arrivée au pouvoir, Xi Jinping l’avait affirmé sans ciller : il mènerait une chasse impitoyable à tous les corrompus du Parti communiste, qu’ils appartiennent à la base (les « mouches ») ou à l’élite (les « tigres »).
Une promesse que le président chinois semble déterminé à honorer. Après Bo Xilai, l’ex-étoile montante du PCC, condamné en 2013, c’est au tour de Zhou Yongkang d’être pris dans les rets du pouvoir – ce dont se félicitent le Global Times et le China Daily.
Mardi, une enquête a été ouverte sur l’ancien chef des services de sécurité intérieure pour « infractions graves à la discipline du Parti » ; un euphémisme, qui, dans la doxa officielle, désigne la corruption.
Zhou Yongkang, member of the Standing Committee of the Polit Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Elle marque l’aboutissement d’un « plan » minutieusement réglé depuis deux ans. M. Zhou, l’un des politiciens les plus redoutés du pays, jouissait d’un prestige considérable. Outre les services de renseignement civils, il supervisait également la police, les juges et les procureurs, tout en disposant de solides réseaux dans le secteur de l’énergie. Sans doute est-ce cet excès d’influence qui a provoqué sa chute.
Depuis le procès de la « bande des quatre » visant en 1980 les dirigeants de la Révolution culturelle (1966-1976), il est le plus haut personnage du régime à faire l’objet d’une enquête.
Sa disgrâce, abondamment commentée sur Weibo, le « Twitter chinois » (WSJ), prouve que M. Xi est résolu à imposer son autorité et à faire pièce à ses adversaires politiques, décryptent le New York Times et la BBC.
Et CNN de conclure, en écho, citant un analyste politique chinois : « A présent, tout le monde a peur. (…) Mais personne ne s’attend à ce que la corruption disparaisse. Elle est ancrée dans le système. »

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Justice, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.