La Pervenche et le commissaire

Le Canard Enchaîné du 6 août 2014
Pas chanceuse, Pervenche Berès ! Classée par mi les eurodéputés les plus assidus de l’Hémicycle de Bruxelles, la socialiste n’a pas pu couper l’herbe sous le pied de Pierre Moscovici, favori pour le siège de commissaire européen.  Malgré un départ précoce et l’annonce d’une candidature en mai, l’élue, en poste depuis vingt ans à Bruxelles, a rencontré quelques malheureux contre-temps. Comme cette interview relatant ses ambitions européennes publiée dans « Paris Match » jeudi 31 juillet, le jour même où François Hollande a officialisé la candidature de Moscovici.
Celle-ci n’a pas franchement convaincu les Allemands, qui ont envoyé une volée de bois vert à Moscovici, accusé d’avoir rendu l’euro « aussi mou que du brie français », selon l’ultrapopulaire quotidien « Bild ».
Maigre consolation pour Pervenche !
untitledDéputée européenne depuis 1994, Pervenche Berès présidait la Commission « Emploi et Affaires sociales » au Parlement européen. Elle fut aussi récemment la rapportrice pour la Commission spéciale du Parlement sur la crise. Elle siège au sein du groupe politique des Socialistes et Démocrates (S&D). Cette élue travaille concrètement à la mise en œuvre de l’Europe sociale.
Une seule femme pour le moment à la Commission européenne (Le Parisien – 29/07)
Sur un plan pragmatique, la nomination de Moscovici ne fait pas les affaires de Jean-Claude Juncker qui peine à convaincre les dirigeants européens de lui proposer des candidates pour constituer son équipe. Une seule femme a pour l’instant été désignée par son gouvernement: la Tchèque Vera Jourova, ministre libérale chargée du Développement local. Six pays n’ont toujours pas désigné officiellement leur candidat : l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovénie et la Roumanie, indique-t-on auprès de ses services.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.