Il re-re-re-re-re-vient…

Charlie Hebdo – 13 août 2014 – par Charb
Cher Nicolas,
Je n’ai pas pour habitude de tutoyer les anciens présidents de la République, d’abord parce qu’ils meurent souvent avant que je puisse les connaître intimement, ensuite parce que je n’ai pas envie de les connaître intimement. Mais toi Nicolas, c’est différent. Il existe une certaine proximité entre nous. Pas simplement entre nous deux, mais entre tous les français et toi.
En effet, alors que tu n’est plus que le mari de Carla Bruni, tu reviens nous visiter régulièrement. Tu n’est pas obligé, mais quand tu ne fais pas une conférence payée très cher sur l’art de se foutre de la gueule des cons qui ont accepté de payer une fortune pour écouter le loser de 2012 pérorer sur la marche du monde; tu prends le temps d’enfiler une paire de mocassins et un pantacourt (qui allonge très joliment ta silhouette) pour venir à notre rencontre. Toutes les semaines, parfois plusieurs fois par semaine, on annonce ton retour. Jésus n’a pas été foutu de revenir une fois en 2000 ans (alors que c’était prévu), toi, tu reviens deux mille fois en un mois. Lorsque Israël n’est pas occupé à transformer Gaza en parking de grande surface, c’est toi qui fais la « une » des journaux.
presse-sarkozy-15janvier
Les enfants voient plus souvent ta tête, le matin au réveil, que celle de leur père. Pendant que papa se remet de sa cuite au mauvais rosé dans un des fossés du camping d’Argelès, les mioches livrés à eux-mêmes regardent « Télé-matin » en mâchonnant un reste de pizza. Ton image est plus présente sur les écrans français que celle de Kim-Jong-un sur l’unique poste de télé de l’unique café de Pyongyang (le Kim Jong Balto). Lorsque tu étais président, tu éclipsait tes ministres et ton Premier ministre. Tu étais tout le gouvernement à toi tout seul. Aujourd’hui, le retraité grisonnant que tu es, (tu as eu le bon goût de ne pas te teindre en tata Jacqueline trop brune comme ton successeur) concurrence les bulletins météo. On est plus au courant de tes états d’âme que du temps qu’il fera demain.
4006389_11-1-263637711_640x280
Tu l’as confié à Valeurs Actuelles, le journal officiel de la droite buissonnarde : « Que l’on parle de mon retour dans la vie politique, c’est déjà miraculeux en soi« . C’est vrai qu’il y a de quoi se marrer. « Cela veut dire que cette idée du retour est inscrite dans les têtes et dans les esprits. » C’est tellement vrai ! L’oreille que tu remues au cap Nègre provoque une tempête médiatique à Paris. Tu joues avec ces connards de journalistes comme on peut jouer avec un chat en lui agitant sous le nez le point rouge d’un laser de poche. Fascinés par cette tache ridicule, ils foncent à droite, à gauche, grimpent au plafond et se prennent finalement la porte vitrée. Et tu rigoles et tu te poiles ! Et tu as raison ! Leur fascination pour la médiocrité et le néant est elle-même fascinante. Et plus tu te laisses aller à ne rien dire, plus tes exégètes pondent de la copie. Le piège, pour toi, consisterait à penser que ce que tu déblatères a réellement un quelconque intérêt. Tu t’amuserais moins. Se foutre de la gueule des journalistes est quand même plus jouissif que de croire aux conneries qu’on leur raconte.
4022283_paris-match_545x341
Cher Nicolas, ton action montre, comme aucun critique des médias ne pourrait le faire, la nullité du journalisme politique français. Merci.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.