Nés sous X : Etat-civil recherches à travers les réseaux sociaux

Rue 89 23/08/2014 Gurvan Kristanadjaja | Journaliste

Nés sous X, ils font de Facebook une machine à retrouver leurs parents

Camille, comme d’autres personnes abandonnées à la naissance, a retrouvé sa mère biologique grâce à la viralité de sa page Facebook. Une stratégie qui ne fonctionne pas toujours et flirte avec l’illégalité.
Camille a réussi l’inespéré. La jeune femme née sous X en 1993 a retrouvé sa mère biologique grâce à Facebook. Elle l’annonce dans un statut quelques mois à peine après l’ouverture de sa page sur le réseau social : « Voici le message que vous attendiez tous avec moi : on a réussi ! Grâce aux partages, à vous tous. Plusieurs personnes m’ont contactée et depuis dimanche, j’avais une piste sérieuse puis tout s’est enchaîné et aujourd’hui, c’est confirmé. Voilà, j’ai retrouvé mes origines, vous pouvez pas imaginer le soulagement ! Vous m’avez donné le plus beau cadeau, merci. »
Sa page, intitulée « Née sous X le 20 août 1993 », est aujourd’hui « aimée » par 12 379 personnes. En moins d’un an, elle est parvenue à la rendre virale et, à force de partages, elle est tombée sous les yeux de la bonne personne : « Quelques mois après l’ouverture de ma page, j’y ai reçu un message d’un ancien ami de ma mère biologique qui disait qu’il savait peut-être où elle était en me donnant plein de détails qui me donnaient enfin une piste sérieuse. On parlait bien de la même personne. C’est à partir de ce moment que tout s’est enchaîné. »
Le cas de Camille n’est pas esseulé : depuis l’ouverture de la première page de la sorte (en 2012 selon Isabelle Jeanne Andrée), on compte par dizaines le nombre d’enfants nés sous X qui recherchent leurs origines via Facebook. Beaucoup ont été attirés par le succès inouï de cette stratégie inédite, d’autres se sont lancés en désespoir de cause.
Il suffit de taper « né sous X en … » ou « née sous x » dans la barre de recherche de Facebook pour s’en rendre compte. La plupart recherchent leur mère, certains leurs deux parents.
Lire la suite :
Un réseau bien organisé
De l’importance du « panneau »
Efficace, surtout pour les jeunes
« Cela va à l’encontre de la loi »
Pas de solidarité dans la communauté
« Une révolution invisible »
D’où vient l’accouchement sous X ?
Selon maître Benamghar, l’accouchement sous X est un héritage traditionnel : « C’est une tradition française historique. Au XIXe siècle, la France a voulu lutter contre les abandons sauvages en instaurant des bureaux d’admission institutionnalisés pour réglementer l’abandon. Puis en 1941, le gouvernement Pétain adopte une loi la protection de la naissance dans une logique de préservation de la famille et d’une politique particulière. C’est finalement en 1993 dans l’article 341-1 du code civil que l’accouchement sous X est reconnu. »
Aller plus loin sur Rue 89

afacebook-ne-sous-x-inside

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Internet, Médias, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.