Corée du Nord – Face aux USA, le jeu d’enchères de Pyongyang

kim-jong-unNulle magnanimité, nulle commisération. Sourde aux appels à la clémence lancés par l’administration américaine, la justice nord-coréenne a condamné dimanche Matthew Miller à six ans de camp de travail, à l’issue d’un procès qui aura duré à peine… quatre-vingt-dix minutes, relate la BBC.
Son « crime » ? Avoir commis des « actes hostiles » envers le pays, où il est entré « déguisé en touriste », selon l’agence de presse officielle KCNA.
Détenu depuis le 10 avril, le jeune Américain de 24 ans originaire de Bakersfield (Californie) a été appréhendé après qu’il eut, selon ses dires, déchiré son visa et demandé l’asile à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, le nom officiel de la Corée du Nord).
Si le sort de M. Miller est à présent connu, les circonstances entourant son prétendu crime demeurent floues, note CNN. Ses « aveux » ont-ils été recueillis librement ou sous la contrainte ? Impossible à dire. Outre Matthew Miller, deux autres ressortissants américains sont retenus en RPDC, rappelle le Washington Post : Jeffrey Fowle, arrêté en mai pour avoir laissé une bible dans son hôtel et en attente de jugement, et Kenneth Bae, un missionnaire américano-coréen accusé de vouloir renverser le régime et condamné à quinze ans de camp de travail (il en a déjà purgé deux).
Afin de débloquer la situation, les autorités américaines ont suggéré d’envoyer sur place un émissaire, mais elles se sont heurtées à une fin de non-recevoir, contrairement aux anciens présidents Bill Clinton et Jimmy Carter. Ces derniers, rappelle le LA Times, avaient pu obtenir en 2009 et 2010 la libération de plusieurs de leurs compatriotes. Cette fois, il semblerait que le régime nord-coréen cherche à faire monter les enchères. Une stratégie qui, à en croire les analystes, pourrait se révéler moins efficace que prévu, les priorités de la diplomatie américaine étant désormais ailleurs (The Guardian).

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Justice, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.