neuf-quinze – Xynthia : un procès sur le pouvoir et ses errements.

neuf-quinze@arretsurimages.eu 19/09/2014
Xynthia, impressions
09h15 – C’est un naufragé. Un homme perdu dans un monde moderne qu’il ne comprend pas. Presque un rescapé, lui-même. Déroutant portrait : dans la couverture du procès Xynthia, qui s’est ouvert cette semaine aux Sables d’Olonne, la chroniqueuse judiciaire du Monde, Pascale Robert-Diard, exprime une certaine empathie à l’égard de l’ex-maire de La Faute sur Mer, René Marratier, responsable principal de l’urbanisation accélérée des terrains inondables, sur lesquels a déferlé la tempête (29 victimes en 2010).
Dans son compte-rendu de l’interrogatoire de Marratier (1), elle se place dans la peau de l’ex-maire, ce « naufragé ». L’audience, on la voit par les yeux de Marratier, même si les certitudes, l’autocratisme, l’arrogance du maire bâtisseur, à l’égard de ses opposants locaux et des autorités, transparaissent évidemment aussi, à petites touches, dans le portrait. Mais Marratier, vu par Robert-Diard, est avant tout un naufragé dans cette modernité bardée de « cellules psychologiques », de « devoir de mémoire », de « syndrome du survivant », et de lanceurs d’alerte (les guillemets sont de Robert-Diard).
Cette empathie, on la comprend mieux à la lecture du billet suivant (2). C’est le ton excessivement onctueux et compassionnel du président interrogeant les victimes ; et c’est la trivialité des récits de ces victimes survivantes évoquant comme une tragédie planétaire la perte de leur machine à laver, qui ont exaspéré la journaliste. Au point de lui faire reporter toute son empathie sur l’ex-maire ?
Et pourquoi pas, d’ailleurs ? C’est un art très impressionniste, la chronique judiciaire. Et inévitablement impressionniste. Car une audience judiciaire est un spectacle conçu pour pouvoir basculer sur une simple impression. Une impression imprévisible, injuste, manipulée parfois. Ce qu’on appelle un effet d’audience. Oui, même si ce n’est pas politiquement correct, on peut être exaspéré par la compassion sur commande d’un président de tribunal, et juger plus intéressant de se glisser dans la psychologie de l’autocrate bâtisseur à l’ancienne.
Mais encore faut-il donner au lecteur toutes les informations essentielles. C’est en lisant le compte-rendu de Ondine Millot, de Libération (3), que l’on apprend des détails déterminants sur les co-accusés de Marratier, élus de l’ancienne équipe municipale : une ex-adjointe, Françoise Babin, était aussi propriétaire de terrains à bâtir, son fils Philippe Babin agent immobilier, et un ex-conseiller municipal, Patrick Maslin, patron d’entreprise du bâiment, et constructeur de maisons du lotissement. Il y avait donc, à la mairie de La Faute sur Mer, entourant Marratier, tout un petit lobby bâtisseur, gardien sourcilleux d’une amnésie générale sur les anciennes tempêtes, et les risques que présentait le terrain inondable. Cela n’interdit pas de s’intéresser à leurs ressorts humains. Mais il vaut mieux le garder à l’esprit, dans la couverture de ce qui pourrait être un grand procès sur le pouvoir, et ses errements.

original_74617_plein.jpg915

1)http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/09/18/proces-xynthia-le-monde-perdu-de-rene-marratier-ex-maire-de-la-faute-sur-mer/
(2) http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/09/18/proces-xynthia-juger-ou-compatir/
(3) http://www.liberation.fr/societe/2014/09/17/xynthia-un-juge-indigne-et-un-maire-qui-esquive_1102800
Daniel Schneidermann

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Justice, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.