Difficultés de la langue : « Dire, ne pas dire », l’Académie répond en ligne

alivre direv_book_249
Dit-on d’ailleurs ou par ailleurs ? Par contre ou en revanche ? Depuis 2011, l’Académie française, fondée en 1635 par Richelieu, répond sur son site à la page Dire, ne pas dire aux interrogations des internautes sur les difficultés de la langue.
Sur ce site à l’esthétique « académique » et dont l’audience ne cesse de croître, les académiciens et les linguistes du Quai Conti apportent régulièrement des réponses claires et argumentées, notamment par rapport aux emplois fautifs, aux abus de sens, aux néologismes et aux anglicismes.
Le site connaissant un vif succès, un florilège de ces échanges vient de paraître dans un livre, Dire, ne pas dire. Du bon usage de la langue française, paru aux éditions Philippe Rey.
Deux académiciens, membres de la commission du dictionnaire, Dominique Fernandez et Yves Pouliquen, ont ainsi sélectionné deux cents entrées pour cet ouvrage, qui relève les fautes et les tics de langage les plus fréquemment observés dans le français contemporain.
Quels mots, quelles tournures choisir, retenir ou rejeter parmi ce qui s’entend et se dit ? Sabler ou sabrer le champagne ? Courbatu ou courbaturé ? Tout à coup ou tout d’un coup ? Quand employer débuter ou démarrer ? Irrévocable ou irréversible ?
aimmobilismeinterrogationAutant de questions qui trouvent leurs réponses dans ce livre instructif et souvent drôle, ou à l’adresse academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire. On y trouve aussi, par exemple, l’origine de l’expression « c’est du gâteau » ou « c’est pas de la tarte ».
L’objectif de ce livre est de transmettre au public les conseils avisés des académiciens, qui se veulent attentifs à la nécessité d’enrichir la langue française et de lutter contre l’appauvrissement progressif du vocabulaire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Education, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.