Éric Zemmour – ONPC chez Ruquier – Discours de haine : ses obsessions, des propos dangereux car plein de contre-vérités

Bonjour, le passage d’Eric Zemmour dans « On n’est pas couché » samedi n’est pas passé inaperçu. Immigration, islam… Le polémiste a déroulé son discours habituel.
Laurent Ruquier a-t-il bien fait de l’inviter ? La parole est à vous.
Par Aude Baron rédactrice en chef de PLUS

VIDÉO. Éric Zemmour à ONPC : des propos grotesques, un discours plein de haine et de peurs

Le PLUS du Nouvel Obs 05-10-2014
eric zemour cariPLUS. Éric Zemmour est venu défendre son nouveau livre, « Le suicide français », sur le plateau de « On n’est pas couché », samedi 4 octobre.
Sur France 2, le polémiste a déroulé son discours habituel sur le déclin de la France, l’immigration, l’islamisation de la société et la hausse de la délinquance. Des propos dangereux car plein de contre-vérités, explique notre contributeur : Clément Avarguès-Charriéras
Menace de guerre civile, islamisation massive des territoires, perte progressive de l’identité nationale et destruction de la famille… Tel est le portrait de la France dépeint par Eric Zemmour dans son livre, « Le Suicide français ». Un avenir cauchemardesque qu’il est venu expliquer sur le plateau d' »On n’est pas couché », diffusé samedi 4 octobre.
 Et à l’entendre, sans surprise, cette situation sera le seul fait des noirs, des arabes, des musulmans, des femmes, des gays, de l’Union européenne, des socialistes…
 Vidéo : éloquent
Sur l’immigration, une série de contre-vérités
 Le premier sujet abordé par Zemmour fut l’immigration. Le polémiste a plusieurs fois affirmé vouloir drastiquement la diminuer, car il la juge responsable d’une bonne part du déclin français, de 1970 à nos jours.
 Seulement, dans cette obsession dans la dénonciation de l’afflux de migrants et du nombre d’étrangers en France, l’écrivain débute l’entretien avec des contre-vérités. Car les chiffres montrent qu’il n’y a pas d’explosion de l’immigration en France.
 En trente ans, le pourcentage d’immigrés au sein de la population française n’a augmenté que de 1,2 points (de 7,2 % à 8,4 %), comme le souligne « Les décodeurs du Monde ». Et il y a même eu une légère baisse de la part d’étrangers (de 6,3 % à 5,8 %).
 Éric Zemmour lie immigration, hausse de la délinquance et déclin français. Une théorie qu’il n’a de cesse d’illustrer par des propos polémiques :  « Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait »
 Mais il ne dit rien sur le phénomène de marginalisation sociale dont sont victimes certaines populations, sur la misère qui règne dans certains territoires, et en particulier sur la « ghettoïsation » des banlieues françaises…
 Sur la délinquance, des propos grotesques
 Concernant la délinquance, Zemmour a une vision très claire selon laquelle « des bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de maghrébins, d’Africains […]  dévalisent, violentent ou dépouillent » les Français. C’est digne d’un scénario apocalyptique : la France va bientôt être dévastée par des hordes d’étrangers, voleurs et criminels.
Il estime même que certains étrangers sont plus compatibles avec la Républiques que d’autres, ce qu’il a illustré sur la plateau de Laurent Ruquier avec cette formule : « Les Français et les arabes, c’est comme l’huile et le vinaigre, mettez les dans une bouteille ils se sépareront. »
Ce n’est pas seulement leur origine qui est pointée du doigt, mais aussi leur religion, comme si l’ensemble des maghrébins étaient croyants et musulmans. Zemmour attaque l’islam, affirme que les salafistes ont déjà « gagné les banlieues » (selon un auteur qu’il cite), et nque nous allons droit « à la guerre civile », de nombreuses villes étant « sous le règne de l’islam ». Il dit même craindre au polémiste l’établissement en France de « républiques islamistes ». Rien que ça.
Il ne s’agit pas de nier la présence en France de défenseurs d’un islam très conservateur, mais de le relativiser. Cette pratique dure de la religion est bien le fait d’une minorité. Il est grotesque de prétendre que les banlieues françaises seraient dominées par des mouvements terroristes musulmans.
 Peur de l’autre et peur du progrès 
 Zemmour en profite pour s’attaquer aux lois sur la discrimination raciale, aux lois mémorielles, aux actions pénales des associations antiracistes, aux subventions qu’elles touchent. Selon lui, les employeurs auraient « le droit de refuser des arabes ou des noirs ». Comment, alors, ne pas se rappeler des propos qui’il avait tenu sur Arte, le 13 novembre 2008, quand il affirmait que noirs et blancs appartenaient à deux « races » différentes.
 Dans ses chroniques sur RTL, comme sur France 2 samedi soir, Zemmour prend un malin plaisir à taxer de laxiste de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, régulièrement accusée de « choisir ses victimes (les femmes, les jeunes) et ses bourreaux (les hommes blancs) ».
 Pour éviter le « suicide » de notre pays, qu’il dénonce dans son livre, la France doit faire le choix d’une « société homogène », affirme-t-il. Refuser « l’immigration de masse », c’est se protéger. Les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacées par des bandes [d’étrangers] qui dévalisent, violentent ou dépouillent ».
Zemmour fait le choix d’une République qui juge les valeurs de ces citoyens en fonction de leurs origines ou de leurs croyances. Il fait le choix d’un pays qui refuse les religions autre que la religion chrétienne, qui refuse les cultures étrangères. Il fait le choix d’un pays renfermé sur lui-même, qui a peur de l’autre et du progrès qu’il peut apporter.
 L’idéalisation d’une France intolérante
eric Zemmourmanif_19_octobre_zemmour_-_sebrieu_m Le retour de Nicolas Sarkozy, et surtout celui  de la Manif pour Tous, permet à Zemmour de s’attaquer une fois de plus au mariage gay. Dans son livre « Petit Frère », déjà, l’un des personnages du roman s’interrogeait sur la place à accorder aux individus homosexuels :  « Dans toute société traditionnelle, fondée sur la pudeur et le secret, le respect de la vie et la peur de la mort, les « homos » auraient été stigmatisés et isolés, à l’instar des pestiférés de jadis. »
L’écrivain se demande ensuite si la mort soudaine de Thierry Le Luron et de Coluche ne fut pas la conséquence divine de leur faux mariage gay. Stigmatiser encore, en 2014, les homosexuels, avec comme seuls arguments ceux écris par des religieux à l’époque où l’on pensait encore que la Terre était plate est insupportable.

Il y a une France, une certaine France, celle du déni, celle du passé, celle de la haine. La haine systématique de la différence et l’opposition à toute forme d’avancée sociétale. C’est la France d’Éric Zemmour.

 C’est cette France qui peut penser tout haut que deux humoristes de talent sont morts pour s’être, le temps d’un sketch, dit attirés l’un par l’autre. Une France qui suggère l’exclusion des homosexuels, le nationalisme, l’idéalisation d’un passé qui n’existe plus, à part dans l’esprit malade des nostalgiques d’une époque où la tolérance n’avait nulle part sa place.
 Des discours extrêmes qui n’ont plus aucun tabou
 Il serait inutile de revenir sur cette histoire de Ligne Azur que Zemmour se plait encore une fois à déformer, insinuant que l’on a demandé à des enfants de 11 ans de justifier leur orientation sexuelle. Une histoire déformée et amplifiée qui est devenu le gimmick de l’extrême droite.
 Inutile aussi de se battre contre la défense de Vichy qu’il n’a pas hésité à faire, expliquant que « Pétain a sauvé 95% des juifs ». Comment encore mettre en doute une telle page de notre histoire…
 Avec Zemmour, notre pays redécouvre avec effroi que la pauvreté, le désespoir et la désillusion offre un piteux spectacle. La ruine des grands partis traditionnels fait la part belle aux discours extrêmes de ce type, qui n’ont plus aucun tabou. Malheureusement, opposer les communautés les unes aux autres, stigmatiser les croyances, rejeter tous les maux du monde sur les étrangers font vendre.
On ne rit plus. On n’espère plus. On ne croit plus. Peut-être même que l’on ne peut même plus condamner. Certains discours donnent envie de s’engager, donnent envie de progresser, donnent envie de croire. Celui des extrêmes me donne la nausée. Il ne faut jamais cesser de réfléchir, car une société qui réfléchit est une société qui n’arrêtera jamais de se battre pour ce qui est juste.
 @ClementAvargues
Édité par Sébastien Billard

eric zemmour57668901_p

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.