Pont-L’Abbé – Disparition de la dernière Bigoudène portant la coiffe tous les jours (la dernière de toute la Bretagne)

Décès de Maria Lambour

atv5bigouden24a8ffea199773e891284b6f576854e072299179

Maria Lambour, à Pont-L’Abbé, le 2 septembre 2011 afp.com – Arnaud Blain
Maria Lambour, figure locale et dernière Bigoudène à avoir porté tous les jours la traditionnelle coiffe de dentelle, est décédée à 103 ans lundi à Pont-l’Abbé, a-t-on appris auprès du maire de cette commune du Finistère où elle résidait.

amaria Lambour 100 ansvlcsnap-2014-10-20-17h49m43s22

« Maria est décédée » au petit matin, a indiqué à l’AFP Thierry Mavic, précisant qu’elle serait enterrée mardi à 16H00 à l’église Notre-Dames des Carmes à Pont-l’Abbé.
« Elle était très engagée dans ce qu’elle faisait », a assuré l’élu. « Elle a porté la coiffe, haut et fort, tant qu’elle a pu, au-delà de 100 ans », a-t-il ajouté, soulignant que « c’était une personnalité, d’une très grande gentillesse ».
acoiffe.bigouden seuleLa coiffe bigoudène n’était pas un accessoire folklorique pour Maria Lambour, mais un rituel quotidien et ce au moins jusqu’à ses 100 ans. Elle était alors la dernière de toute la Bretagne à porter tous les jours la coiffe en dentelle.
Cette ancienne patronne de bar était devenue célèbre en tournant, avec sa coiffe amidonnée, une publicité pour des céréales il y a plus de vingt ans.
Née Maria Le Berre le 2 septembre 1911 à quelques encablures de Pont-l’Abbé dans une famille de neuf enfants, elle apprit le français à l’école, où elle se rendit avec une courte coiffe sur la tête dès l’âge de 7 ans.
Peu avant la Deuxième Guerre mondiale, elle devint Maria Le Maréchal, en épousant Charles avec qui elle eut deux enfants. La maladie emporta son mari en 1940. A partir de là, elle tint seule pendant près de cinquante ans l’un des rares bistrots-épiceries du quartier de Lambour, d’où elle tira son surnom de « Maria Lambour ».
 TV5Monde Brest (AFP) – 20.10.2014 © 2014 AFP
Maria Le maréchal

amaria-en-majeste-credit-photo-bruno-fourn

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Insolite, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.