Enquête sur une arnaque – témoignage : encarts publicitaires, pubs fantômes

Rue89 03/11/2014

Pubs fantômes et drôles d’oiseaux :

Sur le forum de gros-becs.net, où échangent habituellement des passionnés d’ornithologie, Maud est tombée sur une discussion qui la concerne : les arnaqueurs aux encarts publicitaires.

arue89arnaqueboite-lettres

Une (drôle) de boîte aux lettres en forme de coq (Kecko/Flickr/CC)
Maud triture une pochette en plastique. « Je me sens tellement bête ! Qu’est-ce qui m’a pris de signer ça ? » La trentenaire sort un papier froissé, un ordre d’insertion d’encart publicitaire dans un plan de ville de Paris, « distribué à des milliers d’exemplaires, dans les boîtes aux lettres ». Il émane de la société IV&COM (pour « information villes et communes »).
Maud a lancé son affaire de « coaching en développement personnel » et d’hypnothérapie le 18 janvier 2014, avec un petit capital d’une centaine d’euros. Quand une commerciale lui a téléphoné pour lui proposer une publicité gratuite, elle y a vu une occasion de se faire connaître.
« Elle m’a d’abord annoncé que j’avais été sélectionnée pour un emplacement gratuit. Elle me disait qu’un annonceur s’était désisté, qu’ils étaient en cours de bouclage et que c’était urgent. Elle était très insistante »
Maud tique mais sort la calculette
Au moment de conclure l’affaire et de lui envoyer le bon de commande, la commerciale lui dit qu’il faut « régler les frais postaux ». 720 euros TTC. Maud tique, mais sort la calculette. « Les Pages Jaunes font payer 50 euros par mois pour une annonce premium. Ramené à l’année, c’était à peu près la même chose. »
Elle finit par accepter, et se fait envoyer le fameux ordre d’insertion, avant de le signer et de l’adresser à IV&COM avec son règlement. Au bout de trois semaines, elle reçoit un bon à tirer « très moche », mais l’accepte « pour qu’on [lui] foute la paix ». Puis plus rien. Le bouclage du plan de Paris ne semble plus aussi urgent que prévu.
Dans un courrier daté du 2 avril dernier, la société lui promet une parution en mai. Dans les conditions générales de vente, ces petites lignes que Maud n’a pas eu le courage de lire, le délai annoncé pour la parution des plans est de onze mois. En voyant ça, elle « commence à avoir des doutes ».
Maud cherche des informations sur IV&COM. Sur son moteur de recherche, elle découvre, parmi les premiers résultats, l’existence d’un forum appelé gros-becs, où échangent habituellement les passionnés d’ornithologie.
Une modératrice y a ouvert une discussion sur une autre sorte d’oiseaux : les arnaqueurs aux encarts publicitaires.
De 600 à 6 000 euros de préjudice
Tous les internautes racontent la même histoire. Ils sont plombier, coiffeur, coach sportif, gérant d’auto-école. Leur rêve d’entreprise s’est transformé en cauchemar quand ils ont été démarchés par la société IV&COM. Elle leur a vendu très cher des publicités dans des plans de ville qui n’ont, pour la plupart, jamais été distribués. Ils ont été naïfs, souvent par manque d’expérience.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les démarcheurs s’en prennent toujours aux mêmes « cibles » : de petites entreprises, nouvellement créées, avec peu de moyens.
Leur mode opératoire ? Un « classique », selon ce commandant de la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), à Paris : « Ils épluchent les registres du commerce pour cibler les créations d’entreprise. Ce sont des proies d’autant plus faciles qu’elles ont rarement les moyens de prendre un avocat. »
Le montant du préjudice varie de 600 à 6 000 euros selon les clients, qui se comptent par dizaines à travers toute la France.
Lire la suite :
« Ils jouaient sur la peur »
« Monsieur Bénisty ? Il est en rendez-vous »
Soupçonnés d’être des « infiltrés »
1,8 millions d’euros de chiffre d’affaires
Une enquête ouverte
Faire des encarts « bidon »

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Médias, Police, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.