Au Japon, des pêcheurs chinois envahissent les îles d’Ogasawara

LE MONDE | 06.11.2014 |

« Invasion » de pêcheurs chinois dans les îles japonaises d’Ogasawara

alemonde japon_defa_aux-larges-d-ogasawara-le-4-novembre_c0d1fb22afc5f3fb216ae1c48e88a026

 Aux larges d’Ogasawara, le 4 novembre. | Noriakki Sasaki / AP
Les braconniers à la recherche de corail rouge chinois inquiètent le Japon. Depuis la mi-septembre, ils sont de plus en plus nombreux à pratiquer leur activité illégale au large des îles d’Ogasawara, dans l’océan Pacifique, à quelques centaines de kilomètres au sud de Tokyo. On en comptait plus de 200 mardi 4 novembre.

acorail1205378-1568489

Le passage dans la zone, jeudi, du typhon Nuri suscite des craintes dans les petites communautés de ces îles inscrites au Patrimoine de l’Unesco. Les bateaux en détresse pourraient se réfugier dans les ports locaux. « La politique suivie, a déclaré mardi le ministre des transports, Akihiro Ohta, est de mener des inspections à bord et d’interdire les débarquements ». Tokyo a envoyé, au début du mois, vingt-huit policiers antiémeute sur l’île principale de Chichijima, mais a exclu le déploiement des forces d’autodéfense.
Le ministre des affaires étrangères, Fumio Kishida, a interpellé Pékin, qui a demandé aux pêcheurs de « se comporter en mer dans le respect de la loi » et un traitement « juste et correct » des marins chinois.
Porte-bonheur
acorail statue93367080Considéré comme un porte-bonheur, le corail rouge est précieux pour les Chinois. Il se négocierait jusqu’à 10 000 yuans (1 308 euros) le gramme. Sa raréfaction a incité Pékin à demander en 2008 son inscription sur la liste des espèces protégées par la Convention de Washington et à en interdire la récolte et le commerce.
Les pêcheurs vont donc voir ailleurs. Longtemps, ils ont écumé les eaux proches d’Okinawa (extrême Sud-Ouest du Japon), mais la forte présence des garde-côtes nippons les aurait incités à s’intéresser aux îles Ogasawara. Plusieurs ont été arrêtés en octobre, et souvent relâchés le lendemain après le paiement d’une amende de 10 millions de yens (70 000 euros), jugée peu dissuasive compte tenu des gains générés par leur activité.
Ce problème s’ajoute aux contentieux sino-japonais, notamment la souveraineté sur les îles Senkaku-Diaoyu en mer de Chine orientale.
Par Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance) Journaliste au Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, Police, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.