La ferme des 1 000 truies

Le Canard Enchaîné – 5/11/14 – Conflit de Canard
SBR_1101142848.jpgImaginez, dans un petit village breton de 700 âmes, Trébrivan, une porcherie géante produisant chaque année 23 000 porcelets, 5 millions de litres de lisier et 7 tonnes d’ammoniac. Elle existe depuis 2011. Ses riverains réunis en association avaient cru pouvoir mettre fin à ce cauchemar : par deux fois, les juges administratifs avaient annulé l’arrêté préfectoral autorisant la mégaporcherie. Qu’à cela ne tienne, le mois dernier, le préfet des Côtes-d’Armor a remis le couvert avec un nouvel « arrêté d’autorisation d’exploitation ». 
Voilà qui devrait mettre du baume au cœur de la FNSEA, dont le président, Xavier Beulin, a appelé ses troupes à descendre dans la rue mercredi dernier 5 novembre, contre l' »excès de normes » qui régissent le monde agricole. Et surtout contre la fameuse directive Nitrates. Depuis que,l’été dernier, Bruxelles a durci la lutte contre la pollution des rivières et des nappes phréatiques par les nitrates, les agriculteurs manifestent dans toutes les régions au cri de « Stop aux contraintes environnementales ! » Tant pis si la France vient pour la deuxième fois d’être condamnée par le Cour de justice de l’union européenne pour son manque de zèle à appliquer ladite directive dont la première mouture date d’il y a vingt-trois ans… Tant pis, encore, si nous pend au nez une amende de 21,5 millions d’euros, assortie d’une astreinte de 3,5 millions par mois.
En France, 95% des cochons sont produits dans des élevages intensifs
En légalisant l’usine à truie de Trébrivan, qui produit chaque année 32 fois plus de cochons qu’il n’y a des habitants dans le village, le préfet des Côtes-d’Armor n’a fait que devancer les souhaits du Premier ministre. En septembre, Manuel Valls annonçait devant un parterre de jeunes agriculteurs affiliés à la FNSEA : « Nous travaillerons à une adaptation de la directive Nitrates, dont l’approche normative a clairement montré ses limites. » Tout l’inverse de sa ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui, trois mois plus tôt, déclarait vouloir « faire de la lutte contre les nitrates une priorité »
Le préfet des Côtes-d’Armor, département qui accueille près de 3 millions de cochons, sot 33% du cheptel breton, se souvient-il qu’en 1992 il était le chef de cabinet de … Royal, déjà ministre de l’Environnement ? Sa mémoire lui joue peut-être un tour de cochon ! 

110727-algues-vertes

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.