Un traité de savoir-vivre « actuel » et édifiant : Les mauvaises manières, ça suffit ! de Julien Lepers

aidtgv-sont-ouvertes-sur-paris-lyon-27967-1-normal
iDTGV célèbrait le savoir-vivre à l’occasion de la Journée de la Gentillesse !
Le 13 novembre, à l’occasion de la Journée de la gentillesse, on retrouvait Julien Lepers sur l’IDTGV à 9h07 à destination d’Avignon !
aJulien-Lepers-150x150Ce livre est né d’une exaspération : pourquoi les mauvaises manières gagnent-elles chaque jour du terrain alors qu’elles gâchent nos relations avec les autres et limitent nos chances de réussite ?
J’ai voulu comprendre, et proposer un nouvel art de vivre ensemble. Cet ouvrage s’adresse à tous. Il couvre tous les aspects de notre existence. C’est une encyclopédie pratique, autant qu’une réflexion sur les usages de notre temps. Il est adapté à notre époque, car les règles du savoir-vivre ne sont pas figées.
Si, par exemple, certaines prescriptions n’ont plus leur raison d’être, les nouveaux codes sociaux en ont imposé d’autres. Comment maîtriser l’utilisation de son téléphone portable, rédiger ses courriels, s’exprimer sur les forums sans s’y mettre en danger, voyager à l’étranger ou tenter d’y faire des affaires sans heurter les coutumes locales ? En avion, sur une rangée de trois places, qui doit bénéficier des accoudoirs centraux ?
Bien sûr, il faut savoir aussi soigner son apparence, se tenir correctement à table, remercier pour une invitation, demander une augmentation… Ces pages sont là, également, pour vous guider.
Les bonnes manières relèvent du bon sens. Se montrer impoli ou sans-gêne au bureau, avec ses collègues, son patron ou ses employés ne saurait vous servir. Luttons contre toutes nos attitudes discourtoises dans la rue, dans les transports, dans la nature, à la maison et même au lit ! Il y va de notre intérêt mais aussi de notre bonheur, dans une société où renaîtraient les vertus de la civilité, du souci de l’autre et de la bienveillance. Rien que d’en parler, on se sent déjà mieux, non ?
Julien Lepers, Les mauvaises manières, ça suffit !, Michel Lafon, 719 pages, 20,95 euros.

ajulien Lepers

Julien Lepers est un homme courtois, mais simple. Ne s’installe-t-il pas chaque soir dans le salon des Français ? L’animateur vedette de France 3 a, aussi, l’audace de sa simplicité. En témoignent les quelques confessions qu’il glisse dans Les mauvaises manières, ça suffit !, traité de savoir-vivre qui fait suite à son manuel d’orthographe : Les fautes de français, plus jamais !.
Au chapitre « Boire, mode d’emploi », il écrit ainsi : « Je l’avoue, je trinque. Je trinque avec mes parents, avec mes amis, avec les équipes des galas que je présente à travers la France. […] Il se trouve toujours, dans le restaurant où la scène se déroule, quelque bon bourgeois pour me regarder de travers, car c’est souvent moi qui lance le rituel. Trinquer, c’est bruyant, vulgaire, provincial, en un mot, populaire. » Et pourtant, quelle belle chose que « le choc des verres« , « la franchise des regards échangés » ! Julien Lepers trinque donc et trinquera, n’en déplaise à Mme de Rothschild
En effet, son livre ne se contente pas de répéter un ensemble de préceptes confits dans les salons de la haute bourgeoisie. Il « s’adresse à tous », il est « adapté à notre époque ». Mieux, il a l’ambition de proposer « un nouvel art de vivre ensemble ». Outre les règles de maintien, les effets indispensables à une garde-robe élégante ou les principes que devra suivre la « puissance invitante » d’un dîner, on y apprendra, par exemple, qu’il est bon dans les fast-foods d’arriver au comptoir en ayant déjà fait son choix. Que débattre sur un forum web implique d’être  » tolérant  » avec autrui et de présenter ses arguments de façon claire et concise. Que la toile cirée, quoique désagréable au toucher, peut être tolérée dans le cercle familial. Que, dans le métro, une saine solidarité est de mise entre les voyageurs qui pourraient être victimes des « gangs habituels qui écument la ville » : pickpockets, musiciens non autorisés par la RATP ou mendiants professionnels (« beaucoup d’entre eux sont dans la détresse, mais d’autres ont fait de la mendicité un nouveau métier, qui les dispense de chercher un emploi »).

ajulien-lepers

Julien Lepers, au fond, propose un combat. Une lutte, pied à pied, contre « toutes nos attitudes discourtoises ». « Il y va de notre intérêt, mais aussi de notre bonheur, résume-t-il en quatrième de couverture, dans une société où renaîtraient les vertus de la civilité, du souci de l’autre et de la bienveillance. » Plus qu’un manuel, un programme politique.
Le Point 12/11/2014 extrait
Julien Lepers, auteur-compositeur-interprète (eh oui !), et surtout animateur de radio et de télévision :cinq ans sur RMC, dix-huit ans sur RTL, et… vingt-huit ans de succès avec « Questions pour un champion » !

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Education, Social, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.