Projets en campagne – un salon en ligne

Chaque année, 100 000 Français quittent le stress des grandes villes pour choisir d’aller vivre et travailler à la campagne.
En réponse à ce phénomène de rurbanisation grandissant, la première édition du salon Projets en campagne organisé par l’association Collectif ville campagne, et qui se déroulera les 21 et 22 novembre, a pour objectif de mettre en relation les personnes qui veulent s’installer à la campagne avec les territoires qui souhaitent accueillir.
L’événement a la particularité de se dérouler partout en France et même au-delà de ses frontières. Et pour cause : ses portes s’ouvriront vendredi à 9 h 30 sur… la Toile ! Accessible à l’adresse projetencampagne.com, ce salon virtuel gratuit (les préinscriptions se font ici) propose aux internautes de rencontrer des exposants bien réels.
De nombreux territoires hexagonaux et des structures d’accompagnement seront connectés pendant ces deux jours. Chaque visiteur pourra, de son ordinateur, sa tablette ou son smartphone, accéder à des offres telles que des entreprises à reprendre, des locaux disponibles, des activités à créer et à développer, ainsi qu’à des offres d’emploi.
Le site permettra également de discuter directement (par chat ou Skype) avec un professionnel qualifié, capable d’aider les candidats à l’installation dans leur projet de changement de vie.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Médias, Travail, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.