Espagne – Prospection Repsol : Les Canaries en guerre contre des forages pétroliers

Le Monde.fr | 22.11.2014 |
Le début des opérations a été houleux. Le navire Artic-Sunrise, dépêché par Greenpeace pour protester contre les forages exploratoires, a été mis sous séquestre par l’Espagne, qui demande une caution de 50 000 euros pour lui permettre de reprendre la mer. Il avait tenté de s’approcher du Rowan-Renaissance, le bateau de Repsol qui effectue les sondages.

alemonde canariesle-15-novembre-2014-greenpeace-proteste-contre_005599d1e04545d96cb3f8443406567b

Le 15 novembre 2014, Greenpeace proteste contre les recherches d’hydrocarbures dans les eaux des Canaries par l’espagnol Repsol. | ARTURO RODRIGUEZ/AFP
greenpeace-logo-300x206Les avocats de Greenpeace ont fait appel. Pour l’un de ses porte-parole, Julio Barela, le message du gouvernement de Madrid est clair : « Ils écraseront tous ceux qui osent s’approcher. » M. Barela était à bord de l’Artic-Sunrise lorsque la marine espagnole s’est interposée pour défendre la zone d’exclusion maritime. Lors de l’incident, une militante italienne de l’organisation écologiste a été blessée. Elle est depuis sortie de l’hôpital.
La découverte, jeudi, du cadavre d’un cachalot sur une plage de Fuerteventura, quarante-huit heures après le début des prospections, a relancé la polémique. Le gouvernement des Canaries n’est pas allé jusqu’à accuser directement Repsol, mais il a souligné que le cétacé était mort tout près de la zone de forage.
La compagnie espagnole a durement critiqué les insinuations « sans fondements » et « totalement fausses » des autorités régionales. Elle a ajouté que la Société espagnole des cétacés estime que, en moyenne, une quarantaine de mammifères marins s’échouent chaque année sur les côtes des Canaries.
« Politique de faits accomplis »
Cela fait deux ans que Repsol se bat pour chercher des hydrocarbures dans cette zone de 616 000 hectares située à une cinquantaine de kilomètres des îles de Lanzarote et Fuerteventura, entre les côtes espagnoles et marocaines. La première phase de prospection va durer près de deux mois et devrait atteindre 3 100 m de profondeur. Si les résultats de cette première recherche sont concluants, Repsol a reçu le feu vert de Madrid pour procéder à deux autres sondages dans la même zone, à des profondeurs pouvant aller jusqu’à 6 900 m.
Ces projets se heurtent à l’opposition massive de la société civile. Le gouvernement régional – présidé par Paulino Rivero, à la tête de la coalition nationaliste de centre droite Coalicion Canaria – et les organisations écologistes ont tout essayé pour empêcher les prospections. Ils dénoncent les conséquences d’une possible marée noire sur la pêche et le tourisme. Or ce secteur est la première ressource des sept îles de l’archipel, qui ont accueilli 10,6 millions de voyageurs en 2013.
4527710_6_e5da_2014-11-22-d064b6a-13101-1o06pkj_4bd3e27549dab41e92b23d46267769e5En juin, le Tribunal suprême (la plus haute juridiction espagnole) avait rejeté les sept recours déposés par les autorités locales et les écologistes contre le décret du gouvernement, daté de mars 2012, autorisant la prospection pétrolière de Repsol. M. Rivero avait alors proposé la tenue d’un référendum le 23 novembre pour demander aux habitants si les Canaries devaient « changer leur modèle environnemental et touristique pour privilégier les prospections de gaz ou pétrolières ». Mais le gouvernement espagnol avait fait bloquer la procédure par le Tribunal constitutionnel.
Fernando Rios, l’un des conseillers du gouvernement des Canaries, dénonce la « connivence » entre la société pétrolière et le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy « qui ont appliqué une politique des faits accomplis ».
wwf De son côté, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a porté plainte devant le comité des pétitions de l’Union européenne. L’organisation estime que la recherche d’hydrocarbures dans cette zone est incompatible avec plusieurs directives de protection des espèces et de leur habitat.
Recherches infructueuses
Les écologistes craignent un impact sur la faune et la flore et des risques sismiques. Ils mettent en avant l’importance écologique de la zone – située près des côtes africaines, elle est traversée par les cétacés et les tortues marines –, classée zone spéciale de protection des oiseaux.
De nouvelles mobilisations étaient attendues dans l’archipel ce week-end. Plusieurs organisations, réunies dans le collectif Save Canarias, ont lancé un appel pour réunir le 30 novembre une flotte d’une centaine d’embarcations, la Flota Sandia (du nom que Repsol a donné à ce premier sondage) dans la zone prospectée.
Côté marocain, plusieurs forages ont déjà eu lieu, sans résultats. En mars de cette année, la société pétrolière écossaise Cairn Energy annonçait l’abandon des sondages dans une zone toute proche, au nord est de Lanzarote, après des recherches infructueuses.
Isabelle Piquer (Madrid, correspondance) Journaliste au Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Résistance, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.