Russie – Spoutnik, la nouvelle arme médiatique du Kremlin

aspoutnik
Lorsque, le 4 octobre 1957, elle lança Spoutnik – le premier engin placé en orbite autour de la Terre – l’URSS de Nikita Khrouchtchev ne prit pas seulement le monde à témoin de sa supériorité dans le domaine spatial. Elle plongea aussi les Etats-Unis, outragés par ce « Pearl Harbor technologique », dans une intense période de doute.
Cinquante-sept ans plus tard, la Russie de Vladimir Poutine espère rééditer cette prouesse. A la différence près que sa cible a changé : il ne s’agit plus de conquérir la voûte céleste, mais la sphère médiatique.
Le Spoutnik nouvelle version est une agence de presse inféodée au Kremlin et censée relayer ses vues dès 2015 dans une trentaine de capitales étrangères, dont… Washington, soulignent le Washington Times et le NY Times.
Alors que, d’après un sondage indépendant, 88 % des Russes estiment que leur pays subit une « guerre de l’information » de la part de l’Occident, le patron de Spoutnik, Dmitry Kiselev, a tracé la feuille de route de ce « satellite idéologique » : s’adresser à « ceux qui sont las de la propagande agressive en faveur d’un monde unipolaire et qui souhaitent avoir un point de vue différent » (RT, BBC).
Un prosélytisme en miroir censé contrecarrer le « monopole anglo-saxon » de l’actualité mondiale, notamment celui des Etats-Unis, note le Daily Telegraph.
Malgré l’effondrement du rouble, l’agence est dotée d’un budget confortable. De fait, la Russie a besoin de redorer son image diplomatique, écornée par l’annexion à la hussarde de la Crimée, en mars, et par son rôle crucial dans le conflit du Donbass, juge Le Temps.
Sur le plan intérieur, cela ne l’empêche de resserrer son étau sur la presse indépendante (WSJ). Pas de quoi toutefois éradiquer certaines « poches de résistance », observe le Moscow Times ; des médias bien décidés à passer outre aux oukases du Kremlin et à préserver la diversité de l’information…

apropagande poutine-dans-une-boutique-de-hi-fi-a-veliky-novgorod_341110

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.