Projet nouvelle législation – Vers un durcissement de la « judéité » d’Israël ?

Le Monde 25/11/2014
En Israël, peut-être plus qu’ailleurs, les mots revêtent une dimension symbolique particulière et peuvent parfois provoquer des tempêtes politiques.
Le vif débat qui a agité le gouvernement dimanche en a apporté une nouvelle preuve. Au terme de discussions houleuses, le gouvernement conservateur de Benyamin Nétanyahou a approuvé, par 14 voix contre 6, un projet de loi visant à renforcer le caractère juif du pays.
Concrètement, sous réserve que la Knesset (le Parlement) accorde son imprimatur à ce projet, Israël serait défini, non plus comme un Etat « juif et démocratique » – dénomination inscrite depuis 1948 dans les Lois fondamentales faisant office de Constitution – mais comme « l’Etat national du peuple juif ».
Beaucoup voient dans ce glissement sémantique une « manœuvre cynique de M. Nétanyahou destinée à acheter la loyauté des faucons du Likoud [son parti] en vue des prochaines primaires internes », souligne le New York Times.
Ce durcissement, justifié par le premier ministre face aux « défis » qui pèsent sur Israël, peut-il provoquer l’éclatement de la coalition gouvernementale, déjà à hue et à dia ? Si le Jerusalem Post ne croit guère à cette hypothèse, le Times of Israel estime que le « point de rupture est peut-être proche ».
Deux ministres centristes de poids, Tzipi Livni (justice) et Yair Lapid (finances), ont déjà clamé leur opposition au projet. Le second a même annoncé qu’il voterait contre au Parlement, au motif que « Ben Gourion [père fondateur de l’Etat d’Israël] ne l’aurait pas approuvé » .
Cette législation prévoit également que l’arabe perde son statut de seconde langue officielle. De quoi nourrir la défiance de la communauté arabe israélienne, qui représente environ 20 % de la population, notent le Guardian et le Los Angeles Times. Lequel prédit une exacerbation des tensions avec les Palestiniens de Jérusalem-Est. Au point de provoquer une troisième intifada, comme en 1987 et 2000 ?

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.