Gérard Filoche appelé à comparaître devant la « haute autorité » du PS

Le Canard Enchaîné – 03/12/2014 – A.G.
Comme il en existe dans l’audiovisuel ou pour la concurrence, le PS s’est doté d’une haute autorité chargée d’arbitrer les conflits et de juger les camarades qui ne respecteraient pas l’éthique du parti. Jusqu’à présent, sans doute par négligence (?), celle-ci a omis de se pencher sur le cas de Jérôme Cahuzac et de Jean-Noël Guérini, mais elle se fera les crocs sur celui, pendable, de Gérard Filoche.
Cet ancien inspecteur du travail, membre du PS depuis 1994, s’est distingué après la mort du pédégé de Total Christophe de Margerie, en lui attribuant le qualificatif de « suceur de sang » et en s’interrogeant sur l’avenir de cette boîte, championne de l’optimisation fiscale : « Est-ce que son successeur nous volera moins ?  » En d’autres temps, les politiques souriaient aux saillies d’un Clémenceau, qui après la mort de Félix Faure, avait lancé : « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui ! » Filoche, lui, est menacé d’exclusion.
En préparant sa comparution, prévue le 11 décembre, ses défenseurs ont découvert quelques autres bizarreries suer cette instance : la parité hommes-femmes n’y est pas respectée, ses membres ne sont pas élus au scrutin proportionnel, ce qui contrevient aux usages du parti, et elle donne les pleins pouvoirs au courant majoritaire Mieux : les statuts prévoient que quatre des neuf membres de cette haute autorité ne soient pas des adhérents du PS Et, donc d’autant plus compétents pour éjecter un fautif hors du parti Sans possibilité d’appel…
La vie démocratique est pleine de surprises !
Lire aussi :
Intervention Gérard Filoche à l’assemblée de « vive la gauche » à La Rochelle samedi 30 août
Gérard Filoche : « Ce qu’ils veulent, c’est la suppression pure et simple des Prud’hommes ! »
Le terrible coup de gueule de Gérard Filoche (PS) contre Jérôme Cahuzac
Sauver la gauche, ce n’est pas sauver le PS !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.