Hygiène – Sèche-mains à air pulsé : A éviter

 Par France Info 24/11/2014
Aux toilettes, pourquoi il faut éviter les sèche-mains à air pulsé
Selon une étude, c’est le moyen de s’essuyer les mains qui renvoit le plus de bactéries dans l’air. 
Quelle est la meilleure façon de s’essuyer les mains, après les avoir lavées dans des toilettes publiques ? Si, spontanément, l’on pense que les sèche-mains à air pulsé sont les plus efficaces, ils répandent en réalité 27 fois plus de bactéries dans les cabinets que le système d’essuyage le plus classique : la serviette en papier.
Sciences et avenir s’est fait l’écho vendredi 21 novembre de cette révélation pour laquelle il faut remercier des chercheurs de l’université de Leeds, en Angleterre. Moins anecdotique qu’il n’y paraît, cette information pourrait permettre de limiter les risques de transmissions de maladies nosocomiales dans les hôpitaux.
Le papier, plus hygiénique
Pour départager l’essuie-mains, le sèche-mains électrique classique et le sèche-mains à air pulsé (avec lequel l’air vient d’en bas), les scientifiques ont mené l’expérience suivante : afin d’imiter un usager aux mains mal lavées, ils ont « [contaminé] des mains à l’aide de bactéries inoffensives (…) Le « cobaye » a ensuite été invité à se sécher les mains avec les trois moyens sus-mentionnés », explique Sciences et Avenir.
Verdict après prélèvements de l’air ambiant : « le nombre de bactéries ‘flottant’ dans les toilettes était 27 fois plus important avec le sèche-mains à air pulsé qu’avec l’essuie-mains papier. Et 4,5 fois plus important qu’avec un sèche-mains électrique ‘classique’. »
NoteJ’ajouterai volontiers que ce n’est pas très bon pour la peau ! les mains étant plus fragiles que l’on croit

aFItoilettes

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Santé, Science, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.