Climat : un accord a minima sur la réduction des émissions de CO2

France-Info – 14/12/2014 –
La conférence climat de Lima est (enfin) terminée © SIPA/ AP Photo/Juan Karita
Après deux semaines de pourparlers intenses, les 190 pays participant au sommet de l’ONU ont, à Lima, accouché d’un compromis, sur leurs futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le texte servira de base aux négociations préalables au sommet de Paris sur le climat, prévu fin 2015.
La règle du jeu est adoptée, tout reste à faire maintenant. Car l’accord trouvé in extremis à Lima n’est qu’un compromis sur les futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le « vrai » accord est, lui, attendu au sommet de Paris, fin 2015.
Ces engagements doivent permettre de faire baisser de 40 à 70% les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 – c’est une nécessité absolue pour parvenir à limiter à 2°C la hausse de la température de la planète.
L’objectif de 2° est difficilement tenable en l’état, estime Jean Jouzel, le vice-président du Giec, le groupe international des experts sur le climat
Il reste beaucoup de travail à faire, mais l’espoir d’un succès à Paris se rapproche, note Laurent Fabius à la tribune
La conférence de l’Onu sur le climat aurait dû s’achever vendredi, mais elle a duré 30 heures de plus, à cause de l’éternel clivage entre pays du Nord et pays du Sud. Car réduire les émissions de CO2 n’aura pas le même impact – et le même coût – selon les pays…
Le texte final adopté à Lima a calmé les pays émergents, dont la Chine et l’Inde, qui craignaient un coût trop élevé. l’accord dit clairement que les pays riches devront fournir un soutien financier aux pays en développement. « Nous avons obtenu ce que nous voulions », a déclaré le ministre indien de l’Environnement, Prakash Javedekar, satisfait de voir que le texte préserve l’idée que les pays riches doivent montrer l’exemple en matière de réduction des gaz à effet de serre.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Ecologie, Energie, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.