Presse médias : Le lourd tribu que paie les journalistes : 118 tués dans le monde en 2014

 118 journalistes tués dans le monde en 2014, le Pakistan pays le plus dangereux.

atv5james folley3211d569e503dd0320d04a828c65827d51a071ee

Le journalisme américain James Foley, ici à Alep le 5 novembre 2012, fait partie des 118 journalistes ayant perdu la vie en 2014 afp.com – Nicole Tung
Le nombre de journalistes et professionnels des médias tués dans le monde a atteint 118 en 2014, le Pakistan et la Syrie arrivant en tête des pays les plus dangereux, selon un décompte publié mercredi par la Fédération internationale des journalistes (FIJ).
Le nombre de journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions était de 105 en 2013, selon l’organisation.
L’augmentation observée cette année « constitue un rappel de la gravité de la crise sécuritaire dans les médias« , souligne la FIJ dans un communiqué, en renouvelant son « appel urgent aux gouvernements pour qu’ils fassent de la protection des journalistes leur priorité ».
Elle estime que les décapitations publiques de journalistes, dont les Américains James Foley et Steven Sotloff, par l’organisation Etat islamique, « représentent un tournant décisif dans l’attitude à adopter concernant la protection des médias ».
Le Pakistan a été cette année le pays comptant le plus grand nombre de journalistes tués (14), juste devant la Syrie (12) qui était arrivée en tête l’an dernier. L’Afghanistan et les Territoires palestiniens suivent avec chacun neuf journalistes tués, tandis que l’Irak et l’Ukraine en compte huit chacun, le Honduras six et le Mexique cinq.
A cette liste s’ajoutent 17 autres journalistes ou professionnels des médias qui ont perdu la vie lors d’accidents de la route ou de catastrophes naturelles survenus dans le cadre de leur travail.
Le chiffre de la FIJ diffère sensiblement de celui publié la semaine dernière dans le rapport annuel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ), faisant état de 60 journalistes tués dans le cadre de leurs fonctions cette année. Le CPJ enquête toujours sur la mort d’au moins 18 autres journalistes pour déterminer si leur mort était liée à l’exercice de leur profession.
 TV5MONDE Bruxelles (AFP) – 31.12.2014 © AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.