Charlie Hebdo – Libres, debout, ensemble

Le Monde 08/01/2015

alemonde edito charlieun-homme-tient-une-pancarte-je-suis-charlie_a3c7ae46209c4b830f9ae9474b1e94d0

Editorial Le Monde – Emotion, sidération, mais aussi révolte et détermination : les mots peinent à exprimer l’ampleur de l’onde de choc qui traverse la France, au lendemain de l’attaque terroriste perpétrée contre Charlie Hebdo. Un choc qui nous renvoie, toutes proportions gardées, à celui éprouvé le 11  septembre  2001 par la planète entière.
En plein jour, en plein Paris, de sang-froid, des fanatiques ont assassiné lâchement des journalistes, des dessinateurs, des employés ainsi que des policiers chargés de leur protection. Douze morts, exécutés au fusil d’assaut, pour la plupart dans les locaux mêmes de ce journal libre et indépendant.
Et, au milieu du carnage, victimes de cette infamie, des collègues, des camarades : Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, ainsi que l’économiste Bernard Maris. Depuis des années, des décennies, ils résistaient par la caricature, l’humour et l’insolence à tous les fanatismes, pourfendaient les intégrismes, dénonçaient les imbécillités, brocardaient les institutions.
Depuis dix ans, ils étaient menacés et le savaient : des fous de Dieu islamistes poursuivaient de leur haine ces  » blasphémateurs  » qui osaient moquer leur Prophète. L’équipe de Charlie Hebdo n’avait pas reculé, pas cédé, pas cillé. Chaque semaine, armée de ses seuls crayons, elle continuait son combat pour la liberté de penser et de s’exprimer.
Certains ne cachaient pas leur peur, mais tous la surmontaient. Soldats de la liberté, de notre liberté, ils en sont morts. Morts pour des dessins.
A travers eux, c’est bien la liberté d’expression – celle de la presse comme celle de tous les citoyens – qui était la cible des assassins. C’est cette liberté d’informer et de s’informer, de débattre et de critiquer, de comprendre et de convaincre, cette indépendance d’esprit, cette nécessaire et vitale audace de la liberté que les tueurs ont voulu écraser sous leurs balles.
par GILLES VAN KOTE

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, Résistance, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.