« L’après Charlie » – L’exigence républicaine française : La refondation imposée par le peuple

Cette semaine, un sans-faute dans les mots, les images, le chant, cette Marseillaise entonnée spontanément en plein cœur de l’Assemblée nationale, mardi 13  janvier, et reprise d’une seule voix par la représentation nationale.
La politique a retrouvé ses lettres de noblesse, chacun fait ce qu’il doit à la bonne place et sur le ton qui convient. François Hollande, Manuel Valls, la majorité, l’opposition, tous dignes, transcendés par cette semaine dramatique que le pays a vécue.
Ce n’est pas seulement un moment d’unité nationale commandé par les circonstances, la guerre contre le terrorisme qui a fait 17 morts en trois jours, décimé un journal, attaqué la liberté d’expression, assassiné des policiers, meurtri la communauté juive, plongé le pays dans la sidération. C’est une refondation politique menée sous vigilance populaire.
Quel que soit le banc sur lequel ils siègent, les élus le sentent et le disent : ils se doivent d’être au niveau de ce qui s’est passé le 11  janvier : une déferlante populaire et pacifique, un peuple qui inonde les rues, affranchi de toute sollicitation partisane, en bloc, silencieux, pacifique pour signifier : même pas peur et vive la liberté !
Trente années de petites faiblesses
Cette réaffirmation dans la rue et par la rue de l’exigence républicaine, au moment où toutes sortes de vents mauvais menacent la République, oblige les élus. Ils savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur. Ils doivent se montrer dignes, au niveau, comme l’a été Manuel Valls mardi devant les députés lors de l’hommage aux victimes. Le premier ministre a soulevé la chape, mis des mots sur les maux qui rongent le pacte républicain : l’antisémitisme, la misère dans les quartiers, le communautarisme, l’obscurantisme, le délitement de l’école qui n’est plus le creuset de la République. Derrière cette énumération, trente années de petites faiblesses partagées droite et gauche confondues sur fond de chômage de masse.
A présent que le constat a été validé par des applaudissements nourris, nul ne peut s’en exonérer. Il faut rebâtir, élaborer le compromis entre fermeté et liberté, les deux aspirations qui ont porté la journée du 11  janvier et dont l’antagonisme justement permet à chacun de faire valoir ses opinions : gouvernement, majorité, opposition, mais dans un esprit de responsabilité, sans chicanerie car l’union nationale voulue par le peuple et validée par ses élus comme une réaffirmation de l’exigence républicaine est une arme.
Pas seulement contre le terrorisme mais contre Marine Le  Pen. A ses risques et périls, la présidente du Front national s’est positionnée en dehors de l’union par incapacité de clarifier son rapport à la République. Installée à ses marges, elle campe dans une posture tribunitienne et récupératrice qui signe sa singularité mais souligne aussi sa faiblesse. Elle a beau donner de la voix, elle n’a pas les moyens d’agir. Elle parle, mais sa voix renforce les peurs. Si malgré tout elle marque des points, c’est que les autres auront failli. Leur responsabilité est immense mais cette fois ils le savent.
françoise fressoz
par Françoise Fressoz © Le Monde 17/01/2015

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.