Comment agir et réagir face à la violence ?

INREES – 16 février 2015 –
Nelson Mandela : un premier pas vers la liberté
Comment agir ou réagir en ces heures troubles où la violence semble omniprésente ? Les chaînes ne sont pas toujours celles que l’on croit… Nelson Mandela, qui a souffert l’univers carcéral de nombreuses années, nous rappelait déjà l’importance de semer l’amour et la bienveillance. Souvenons-nous.
© Bernard Bujold (flickr)
« J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire.

Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur
 d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me
 permettre de continuer. 
La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive 
un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de 
l’étroitesse d’esprit. Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, tout comme je ne suis 
pas libre si l’on me prive de ma liberté. 


L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Quand j’ai franchi les portes de la prison,
 telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. Certains disent que ce but est atteint. Mais je sais 
que ce n’est pas le cas. La vérité, c’est que nous ne sommes pas encore libres ; nous avons seulement atteint la
 liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés.
 Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage, nous n’avons fait que le premier sur une route plus 
longue et difficile. Car être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui
 respecte et renforce la liberté des autres. La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de 
commencer ».

                                (Nelson Mandela)
mandela-1_4551062

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Solidarité, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.