Droit de réponse à Nicolas Sarkozy

L’Obs Publié le 19-02-2015
0671404981838Par Elsa Ray Porte-parole du CCIF
 Sarkozy ne veut « pas de femmes voilées » : je suis devenue un microbe à éliminer. Odieux
LE PLUS. Nicolas Sarkozy était l’invité de la matinale d’Europe 1 ce jeudi 19 février 2015. Interviewé par Jean-Pierre Elkabach, le président de l’UMP a déclaré : « Nous ne voulons pas de femmes voilées », au nom de l' »égalité ». Des propos que Elsa Ray, porte-parole du Collectif contre l’islamophobie, trouve intolérables.
Ma journée commence mal… Alors que je vais faire mon petit tour matinal sur Twitter, je tombe sur ce tweet de Nicolas Sarkozy :
« Nous ne voulons pas de femmes voilées, parce que dans la République les hommes et les femmes sont égaux » #E1matinNicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) 19 Février 2015
En tant que femme de confession musulmane, et militante des Droits de l’Homme, je suis plus qu’habituée – malheureusement – aux déclarations islamophobes, aux discours haineux, aux propos désobligeants sur les musulmans et surtout les femmes voilées.  Sans compter tous les autres discours racistes qui sont devenus notre soupe quotidienne depuis quelques temps.

Mais là, je suis profondément choquée. Atterrée.

 Nous sommes devenues les indésirables
D’une part, par la violence des propos :  « Nous ne voulons pas de femmes voilées. »
Nous sommes donc devenues les indésirables, les microbes dont il faut se débarrasser, les moins-que-rien qui ne méritent même pas de vivre dans une « République ». D’ailleurs, nous ne sommes même plus des femmes. Mais des femmes « voilées ». Comme si c’était notre seule caractéristique. Comme si, en-dessous de notre foulard, il n’y avait ni cerveau, ni sentiment, ni libre arbitre.

D’autre part, le fait que ces propos soient tenus par quelqu’un qui risque de revenir sur le devant de la scène politique est très inquiétant. Il annonce la couleur. S’il revenait au pouvoir, on sait d’ores et déjà quelle serait sa cible principale.

 Ce « nous », il me fait mal

Pire encore, l’utilisation du « nous ». Cela m’interpelle. C’est qui ce « nous » ? La France ? Les gens de l’UMP ? Sarkozy lui-même qui, par un excès de mégalomanie, parlerait de lui à la première personne du pluriel ? Ce « nous », il me fait mal, il me fait peur. Car en ralliant la nation entière à une telle déclaration, il la ligue contre nous, il dresse les Français les uns contre les autres, il distille la haine et la discorde.

Quant à la justification de son propos « parce que dans la République, les hommes et les femmes sont égaux », elle me fait doucement rire.

 Cette « égalité hommes-femmes » me fait rire
Si la France appliquait l’égalité hommes-femmes, ça se saurait ! Ne parlons pas des salaires, ne parlons pas de l’accès au travail, de parlons pas des violences conjugales, ne parlons pas de l’absence de parité au Parlement… Ne parlons pas non plus de l’effarant préjugé raciste et paternaliste derrière ce propos, qui ne sert qu’à donner une contenance à un propos simplement odieux.
Les hommes ont le droit de s’habiller comme ils le souhaitent, non ? Ils ont le droit de « porter fièrement » la kippa dans ce pays, non ? Et les femmes de confession musulmane n’auraient pas ce droit, elles ? « Égalité hommes-femmes », dit-il ?

Pour égayer ma journée, j’espère au moins que les mouvements féministes ainsi que les associations anti-racistes auront la présence d’esprit de condamner ces propos et de dénoncer la violence symbolique qu’ils renferment.

Sinon, je crains que nous n’allions droit dans le mur qu’ils ont commencé à dresser devant nous.

Head of the French right-wing opposition UMP party, Nicolas Sarkozy speaks during an interview at the Europe 1 radio station studio on February 19, 2015 in Paris. Sarkozy excluded any agreement with the FN and said that his candidacy for the 2017 presidential election was not "mandatory".   AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

La Vidéo pour ceux qui peuvent encore le supporter …sluppp
Édité et parrainé par Louise Auvitu

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Politique, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.